Super Pocket Pilote

Forum sur les aventures des 2 célèbres pilotes français Tanguy et Laverdure
Tanguy et Laverdure sur Aeroplanete
Avatar de l’utilisateur
Thierry
Messages : 140
Inscription : vendredi 19 mars 2004, 15:48
Localisation : Orléans

Super Pocket Pilote

Message par Thierry » mardi 08 mars 2005, 16:11

En explorant le site monté par JYB, , http://www.jmcharlier.com, je découvre l'existence d'histoires courtes de T&L parue entre 1968 et 70.

La plupart on été incluses dans les albums "Premières missions" et "Station brouillard" mais, si je ne me trompe pas, trois semblent n'avoir jamais été rééditées :

- Le grand Mirage
- Piège pour un pilote
- Les espions des sables

Il y a les aventures de Marc Laurent également, je ne l'ai plus retrouvé sur le site de Jean-Yves, mais la première planche de "Banjo 3 ne répond plus" est réeditée dans le T1 de l'intégrale T&L.

Marc Laurent est déjà Tanguy, Laverdure moustachu (!), et ils volent sur Super Mystère B1 !

A moins que je ne l'ai loupée, j'aimerais bien une réédition un jour...
Thierry

Avatar de l’utilisateur
Deltafan
Messages : 1356
Inscription : lundi 01 décembre 2003, 22:42

Message par Deltafan » mardi 08 mars 2005, 21:37

Info intéressante


Quel était ce "Grand Mirage" ? Le IV, le III-V ou un autre Mirage ayant réellement existé ou un Mirage imaginaire ?

JYB
Messages : 4176
Inscription : samedi 23 octobre 2004, 22:23
Localisation : Bretagne
Contact :

Message par JYB » mardi 08 mars 2005, 23:59

Il n'a existé qu'une planche de l'histoire de Marc Laurent, donc, il n'est pas possible de l'éditer sous forme d'album (je la mettrai peut-être un jour sur mon site jmcharlier, quand j'aurai le temps, mais comme elle a déjà été vue ici ou là, en particulier dans la bio de Charlier "Un réacteur sous la plume", chez Dargaud, ce n'est pas trop la peine).
Quant aux trois histoires courtes de T&L citées par Thierry, elles ont été reprises dans Super As, revue internationale de BD de 1979 et 1980.
Le titre Le Grand Mirage ne fait pas du tout référence aux Mirage, avions construits par Dassault, mais au mirage dans le sens de rêve, illusion. Ca raconte l'histoire d'un jeune élève pilote en aéroclub, qui apprend incidemment qu'il ne deviendra jamais professionnel comme Tanguy et Laverdure, qui fréquentent sa jolie soeur ; frustré, le jeune pilote est pris d'une sorte de coup de folie, décolle, seul, à bord de l'avion sur lequel il apprend à piloter et espère faire un coup d'éclat pour montrer ce dont il est capable, mais ça tourne mal (l'avion prend feu accidentellement). Rare histoire de Charlier qui soit sur un ton triste et qui finit sans dénouement heureux pour un tel personnage.

Avatar de l’utilisateur
Deltafan
Messages : 1356
Inscription : lundi 01 décembre 2003, 22:42

Message par Deltafan » mercredi 09 mars 2005, 21:52

OK, merci JYB pour la réponse :wink:

JYB
Messages : 4176
Inscription : samedi 23 octobre 2004, 22:23
Localisation : Bretagne
Contact :

Message par JYB » jeudi 10 mars 2005, 2:40

J'oubliais de préciser pour les puristes que la seule planche de Marc Laurent existante a connu deux versions : une version en couleur dans un format normal (sur 4 bandes) et une version antérieure, me semble-t-il en couleur également mais je n'en suis pas sûr, dans un grand format "à l'italienne" (plus large que haute, sur 3 bandes). Car cette bande a été proposée pour deux projets différents, avec un agencement des cases adapté aux supports prévus.
Par ailleurs, dans le forum de discussion sur les 80 ans de Jean-Michel Charlier (voir le dossier Buck Danny sur le présent site AeroPlanete), peu après la mi-novembre dernier si je me souviens bien, j'ai parlé en deux mots de ce projet et j'ai donné les deux titres, au choix, trouvés par JMC pour cette histoire, titres qui ne figurent que dans son scénario original tapuscrit. Le seul titre connu, qui figure dans la première vignette de la planche dessinée par Uderzo, est "Banjo 3 ne répond plus".
Oui, je sais, je devrais dire tout ça sur mon site jmcharlier, mais il n'y a que 24 heures dans la journée et je n'ai pas 4 mains...

Avatar de l’utilisateur
Thierry
Messages : 140
Inscription : vendredi 19 mars 2004, 15:48
Localisation : Orléans

Message par Thierry » jeudi 10 mars 2005, 9:24

Merci pour les précisions, Jean-Yves.

Marc Laurent est aussi reproduit au début du premier volume de l'intégrale T&L , en pleine page (réduit dans "Un réacteur sous a plume").

La fiancée de Marc Laurent ressemble fort à la secrétaire du Colonel, qu' Ernest drague lourdement dans "Canon Bleu ne répond plus" (au grand dame du Colon et surtout de la tenue du briefing en cours !).

Par ailleurs, Marc Laurent se pose avec un SM B1. Si je ne me trompe pas, le B1 n'a jamais été opérationnel et à juste servi de transition avant le B2.
Je n'ai pas mon anthologie Dassault à portée de main mais voilà pour se rafraîcher la mémoire :http://caea.free.fr/fr/coll/smb2.html

Il auraient donc été pilote de prototypes ?

(hum, quelle exégèse pour une simple planche jamais poursuivie, mais bon, c'est la première pierre de la grandiose oeuvre des T&L tout de même !)
Thierry

Avatar de l’utilisateur
laurent
Messages : 829
Inscription : mardi 19 octobre 2004, 10:49
Localisation : Pyrénées
Contact :

Message par laurent » jeudi 10 mars 2005, 9:43

Thierry a écrit :Marc Laurent est aussi reproduit au début du premier volume de l'intégrale T&L , en pleine page (réduit dans "Un réacteur sous a plume").
J'ai pas ça dans le mien !

Avatar de l’utilisateur
Thierry
Messages : 140
Inscription : vendredi 19 mars 2004, 15:48
Localisation : Orléans

Message par Thierry » jeudi 10 mars 2005, 10:08

Tu as quellle édition, le T1 je l'ai en double en fait :
- la première réédition en album triple, à tranche blanche, déjà ancienne (fin des années 80 je crois, et pas achévée me semble t'il)
La il n'y à aucun ajout par rapport aux albums, mais les couvertures sont reproduites
- Le seconde édition, à tranche bleu ciel
C'est là que Marc Laurent figure. Si on gagne des infos, dans cette édition (j'ai les 6 suivantes) on perd les couverture, ce qui est un peu dommage.

Maintenant il y à une troisième édition à tranche bleue foncée...
Thierry

Avatar de l’utilisateur
laurent
Messages : 829
Inscription : mardi 19 octobre 2004, 10:49
Localisation : Pyrénées
Contact :

Message par laurent » jeudi 10 mars 2005, 10:22

Pour le tome 1, j'ai effectivement la première édition avec les couvertures, mais sans rien de plus.
Pour les tomes 2 à 8, j'ai la deuxième avec des suppléments, mais pas les couvertures.

Avatar de l’utilisateur
juliet-fox
Messages : 968
Inscription : dimanche 03 avril 2005, 14:44

Message par juliet-fox » lundi 20 mars 2006, 18:29

JYB a écrit : Le titre Le Grand Mirage ne fait pas du tout référence aux Mirage, avions construits par Dassault, mais au mirage dans le sens de rêve, illusion.

Ça raconte l'histoire d'un jeune élève pilote en aéroclub, qui apprend incidemment qu'il ne deviendra jamais professionnel comme Tanguy et Laverdure, qui fréquentent sa jolie soeur ; frustré, le jeune pilote est pris d'une sorte de coup de folie, décolle, seul, à bord de l'avion sur lequel il apprend à piloter et espère faire un coup d'éclat pour montrer ce dont il est capable, mais ça tourne mal (l'avion prend feu accidentellement).

Rare histoire de Charlier qui soit sur un ton triste et qui finit sans dénouement heureux pour un tel personnage.
Rare, en effet, mais pas unique... En cherchant bien, on pourrait essayer d'établir une liste pour identifier les récits de JMC comportant des personnages pathétiques subissant un sort funeste. (le jeune pilote s'en sort, mais ce qui est triste pour lui c'est de savoir qu'il ne pourra jamais être l'égal d'un Tanguy)
Pour ma part, sans me livrer à un tel travail de bénédictin (ou d'entomologiste), il me vient à l'esprit spontanément quelques personnages attachants et au destin particulièrement tragique dans les séries de Charlier :
Il me semble (mais cela mérite vérification, car il ne s'agit que d'une impression) que ces personnages sont plus nombreux dans la série Tanguy que dans celle de Buck Danny :

- Dès la première aventure datant de 1959 (bouclée sur deux albums mais conçue comme un seul récit), Saint-Hélier tient ce rôle ; on pressent que l'aspirant hautain cache en réalité un individu doté de hautes vertus (mais il faut attendre l'épisode tragique de la fin de "Pour l'honneur des Cocardes" pour s'en persuader ; et même le moniteur Darnier, qui paraît impitoyable, bouleverse le lecteur en admettant tardivement s'être trompé sur l'élève pilote de chasse qu'était Saint-Hellier ;
A la même époque, JMC sacrifiait un personnage réunissant sur sa tête les qualités et les défauts de plusieurs de ses protagonistes : Tucson, Laverdure, Darnier, etc... Le lieutenant ou captain Lang, de l'US Air Force, dans "L'Escadrille des Jaguars" (série Dan Cooper). L'extinction du réacteur de ce pilote grande gueule mais généreux se produit au dessus du cratère d'un volcan en éruption que Lang devait souffler en larguant des explosifs. La fin tragique de Lang n'est pas sans rappeler celle de St-Hellier qui percute un camion citerne au moment où il se croit sauvé après avoir évité de se crasher sur une ville. Le souvenir de ces pilotes pathétiques hante le lecteur longtemps après qu'il a refermé l'album sur la case finale.

Mais c'est en effet à la fin des années 60 que cette tendance à introduire des éléments tragiques dans ses histoires se développe :

- Dans les "Anges Noirs", le jeune lieutenant Ruiz, formé par Tanguy et Laverdure, se fait d'abord descendre par des F-104 de la force aérienne d'un Etat voisin. Nous assistons au calvaire de ce jeune pilote grièvement blessé qui tente héroiquement d'échapper en pleine jungle aux mercenaires de la dictature voisine. Laverdure, bravant tous les risques avec un Morane Saulnier Broussard, réussira à récupérer l'élève pilote en vue de son évacuation sanitaire. Mais au dernier moment, alors qu'il croit avoir sauvé le pilote managuayen, celui-ci, hissé sur les épaules de Laverdure, se fait descendre au moment ou Ernest franchit la rivière qui tient lieu de frontière entre les deux Etats belligérants ; tout les efforts déployés par Laverdure auront été vains.
- Dans "Missions Spéciale", JMC réserve un sort funeste à la jeune espionne qui agit sous la pression d'un chantage, puis éprouve du remords, alors qu'elle est tombée amoureuse de Tanguy ; on devine que ni Laverdure ni Tanguy n'étaient insensibles à la jeune femme, odieusement manipulée par le chef des espions. Malgré sa trahison, cette séductrice est beaucoup plus humaine et poignante que les femmes fatales de "Canon Bleu" et "Mission Dernière Chance", ou encore "Survol Interdit" ;

- Peu de temps après, dans "Menace sur Mururoa" on assiste à l'assassinat et à l'agonie du copain de T & L (je crois qu'il s'appelle Cassin), lequel vivote de vols charters effectués avec son propre hydravion Catalina.
Charlier a parfaitement su nous rendre sympathique cet ancien pilote de l'Armée de l'Air, dont les déboires sont multiples : fiancée frivole, maigre rendement de la compagnie, le bouquet final consistant dans les meurtres successifs de la fiancée puis de l'infortuné Cassin par les sbires de la secte qui veut porter un coup mortel aux intérêts de la France à l'occasion des campagnes de tirs nucléaires dans le Pacifique ;

- Dans "Lieutenant Double Bang" et "Baroud sur le Désert", la jeune infirmière Marjorie Hart sera à mon sens le dernier personnage important de la série destiné à bouleverser le lecteur sensible.

Dans la chronologie de la série, l'histoire du jeune pilote qui s'empare d'un Jodel Mousquetaire en cours de maintenance (qui prendra feu peu après le décollage), se déroule également à la fin des années 60 ou au début des années 70. ("Le grand mirage")

Peut-être que certains d'entre vous sauront nous rappeler d'autres dénouements tragiques dans les séries aéronautiques de JMC. Pour ma part, je pense que cette habileté romanesque de Jean-Michel Charlier n'est pas étrangère au succès de la série, certains personnages secondaires prenant une dimension considérable dans tel ou tel épisode.

Avatar de l’utilisateur
laurent
Messages : 829
Inscription : mardi 19 octobre 2004, 10:49
Localisation : Pyrénées
Contact :

Message par laurent » lundi 20 mars 2006, 18:40

C'est pas dans Tarawa, atoll sanglant qu'il y a un avion qui se pose sur le ventre avec un gars dedans, enfin dessous plutôt ?

Merlock
Messages : 92
Inscription : dimanche 05 mars 2006, 10:55

Message par Merlock » lundi 20 mars 2006, 18:52

laurent a écrit :C'est pas dans Tarawa, atoll sanglant qu'il y a un avion qui se pose sur le ventre avec un gars dedans, enfin dessous plutôt ?
Si! un "Avenger". Le pilote est aveuglé par un tir de DCA et le mitrailleur ventral refuse de sauter en parachute et le guide jusqu'au poser sur le ventre en sachant pertinemment qu'il sera broyé par l'atterrissage...

Le texte de commentaire nous précisant bien qu'il ne reste du courageux mitrailleur qu'un "petit tas de chair sanguinolente"...

Avatar de l’utilisateur
laurent
Messages : 829
Inscription : mardi 19 octobre 2004, 10:49
Localisation : Pyrénées
Contact :

Message par laurent » lundi 20 mars 2006, 19:59

J'avais lu ça étant assez jeune et ça m'avait pas mal marqué.

Merlock
Messages : 92
Inscription : dimanche 05 mars 2006, 10:55

Message par Merlock » mardi 21 mars 2006, 10:26

laurent a écrit :J'avais lu ça étant assez jeune et ça m'avait pas mal marqué.
Moi aussi, je dois dire...

Avatar de l’utilisateur
juliet-fox
Messages : 968
Inscription : dimanche 03 avril 2005, 14:44

Message par juliet-fox » mardi 21 mars 2006, 10:50

Bravo, votre mémoire est meilleure que la mienne. J'étais également un minot lorsque j'ai lu cette BD mais j'avais oublié ce drame vécu par l'équipage d'un Avenger... Cette bande ancienne m'avait toutefois laissé l'impression de donner aux jeunes lecteurs une idée assez précise de ce que la guerre peut générer comme "boucheries" et atrocités.
Et il faut bien reconnaître que les premières bandes de JMC n'étaient pas particulièrement gaies, (ce qui est compréhensible, au lendemain de la 2e GM). Le ton de ces récits est d'ailleurs donné avec le titre : "L'agonie du Bismarck", "Tarawa, Atoll sanglant" !!

Répondre