Catalina mon amour

Avatar de l’utilisateur
pierre
Messages : 706
Inscription : samedi 28 décembre 2002, 11:21
Localisation : Paris

Catalina mon amour

Message par pierre » samedi 04 juin 2016, 10:43

Je viens de terminer la lecture de cette nouvelle aventure de Gilles Durrance.

Outre les bienfaits des charmes de la polynésie, lorsqu'à Paris il pleut, j'ai beaucoup aimé cette histoire que je conseille à tous.
Appréciant les BD "ligne claire, le dessin de Callixte est très réussi, et le charme des personnes féminins y participent.
J'espère que nous serons nombreux à acquérir cette nouvelle série prometteuse afin qu'elle perdure.

En résumé, vivement la suite : le vol du concorde.

Image
Synopsis :
Au cours de l'hiver 1967, un rapport de contamination est volé au CEP (Centre d'Expérimentation du Pacifique) par un espion Américain qui disparaît en mer, à bord d'un hydravion pris dans une tempête. Les Services Secrets Français soupconnent Pouvanaa a Oopa, leader indépendantiste Polynésien détenu en France depuis 1958 et deux diplomates notoirement sympathisants.
Quelques mois plus tard, sous couvert de monter une filiale polynésienne de Durance Aviation (liaisons inter-iles et de vols touristiques), Gilles, son équipe de pilotes et leurs épouses, s'implantent à Papeete pour une mission de six mois : Effectuer une surveillance discrète des archipels environnant les îles de Mururoa et Fangataufa et évaluer toute menace à l'encontre de l'essai nucléaire "Canopus", prévu pour la fin du mois d'Août. Ils disposent pour cela d'un magnifique Catalina, hydravion idéal pour parcourir la zone.


Image

JYB
Messages : 4308
Inscription : samedi 23 octobre 2004, 22:23
Localisation : Bretagne
Contact :

Re: Catalina mon amour

Message par JYB » samedi 04 juin 2016, 10:57

pierre a écrit :Synopsis :
Au cours de l'hiver 1967, un rapport de contamination est volé au CEP (Centre d'Expérimentation du Pacifique) par un espion Américain qui disparaît en mer, à bord d'un hydravion pris dans une tempête. Les Services Secrets Français soupconnent Pouvanaa a Oopa, leader indépendantiste Polynésien détenu en France depuis 1958 et deux diplomates notoirement sympathisants.
Quelques mois plus tard, sous couvert de monter une filiale polynésienne de Durance Aviation (liaisons inter-iles et de vols touristiques), Gilles, son équipe de pilotes et leurs épouses, s'implantent à Papeete pour une mission de six mois : Effectuer une surveillance discrète des archipels environnant les îles de Mururoa et Fangataufa et évaluer toute menace à l'encontre de l'essai nucléaire "Canopus", prévu pour la fin du mois d'Août. Ils disposent pour cela d'un magnifique Catalina, hydravion idéal pour parcourir la zone.
1967, menace contre les essais nucléaires français au CEP, une compagnie locale qui dispose d'un Catalina patrouillant dans la zone, de supposés plongeurs, un espion, un mouvement indépendantiste : un p'tit air de ressemblance avec l'album de la série Tanguy & Laverdure : Menace (justement) sur Mururoa ? Cette histoire est d'ailleurs évoquée dans une bulle de la planche montrée plus haut. Je suppose que ceci n'est qu'un contexte général et que dans le détail, l'aventure Catalina mon amour est différente (à signaler que l'aventure de Tanguy en BD s'est prolongée d'un rebondissement supplémentaire dans l'adaptation télé Les Chevaliers du ciel, où un épisode entier met en scène encore une fois le Catalina, dans une péripétie qui ne figure pas en BD).

A noter d'ailleurs que l'histoire de Tanguy a paru à partir de fin 1967 dans Pilote, puis une grande partie de 1968. Les deux albums de Tanguy couvrant cette aventure polynésienne ont même été publiés en 1969. Certes, l'histoire de Charlier et Jijé n'est pas datée (assez intemporelle, elle pourrait se dérouler entre 1966 et 1968 au plus tard), mais en pinaillant, il est possible que les héros de Gilles Durance n'aient pas pu entendre parler de l'histoire du Catalina de Tanguy car, bien que de fiction elle aussi, elle ne s'est pas encore déroulée "quelques mois" "après l'hiver 1967" et avant août, seules références du calendrier indiquées dans le synopsis ci-dessus, mais plutôt courant 1968, année où l'histoire de Tanguy a été calée dans le temps via sa prépublication dans Pilote.

A signaler encore qu'une histoire assez similaire à celle de Tanguy (et donc à celle de Gilles Durance ?) a paru dans Pilote juste avant, au printemps et à l'automne 1967, avec le fameux héros marin Rémi Herphelin (scénario François Gépral, dessins Florenci Clavé). J'en ai déjà parlé ici : http://www.aeroplanete.net/forum/viewto ... 9&start=15 (voir mes posts des 22 et 23 février 2013).

Avatar de l’utilisateur
pierre
Messages : 706
Inscription : samedi 28 décembre 2002, 11:21
Localisation : Paris

Re: Catalina mon amour

Message par pierre » samedi 04 juin 2016, 17:44

En attendant de recevoir "Catalina mon amour" j'ai relu "Destination pacifique" et "Menace sur Mururoa".
Certes la date et le lieu de l'histoire sont identiques et il y a un catalina, mais sinon il c'est à peu près tout pour les ressemblances.
Sans dévoiler l'histoire de Durrance, l'intrigue tourne autour des retombées radioactivités des essais nucléaires,
et non de la bombe elle-même, dans Tanguy.
Le mieux s'est de lire cette nouvelle histoire, pour ce faire un avis.

Quant au niveau des comparaisons, j'ai une nette préférence pour les dessins de Callixte par rapport à Jijé.
(Sans vouloir lancer un débat).

Nota : je rajouterais, que le titre de cette aventure de Durrance m'avait donné envie de relire Tanguy.
Ce qui est un plaisir.

tizef 29
Messages : 51
Inscription : vendredi 12 octobre 2012, 18:21

Re: Catalina mon amour

Message par tizef 29 » samedi 04 juin 2016, 18:22

J'ai acheté cet album et j'ai bien aimé l'histoire. C'est très dépaysant et le dessin est agréable. J'attend le prochain album avec impatience.

JYB
Messages : 4308
Inscription : samedi 23 octobre 2004, 22:23
Localisation : Bretagne
Contact :

Re: Catalina mon amour

Message par JYB » jeudi 09 juin 2016, 14:04

En train de lire l'histoire.
Déjà, une petite confusion dans le résumé présenté plus haut, où il était dit que l'action se déroule pendant l'hiver 1967 : il eût fallu préciser que ce n'est pas pendant l'hiver 1967 (je comprenais : l'hiver 66-67, un hiver commençant en fin de mois de décembre de l'année précédente), mais pendant l'hiver 1967-68. Et "quelques mois plus tard", c'est donc pendant le printemps 1968. Donc, l'action se déplace d'un an en avant et du coup, le calendrier des événements parallèles dans les fictions Durance et Tanguy/Chevaliers du ciel devient plausible.

Avatar de l’utilisateur
Deltafan
Messages : 1527
Inscription : lundi 01 décembre 2003, 22:42

Re: Catalina mon amour

Message par Deltafan » samedi 17 septembre 2016, 1:20

Lu cette nouvelle bête !

J'ai trouvé ce deuxième tome bien meilleur que le premier.

Il y a de l'espionnage ici aussi, mais vu le job des héros, c'est l'inverse qui serait étonnant.

On voit bien que nous sommes dans une période "post Rainbow Warrior". Le contenu de cet album est à comparer aux T&L de Menace sur Mururoa. Les tenants et aboutissants sont bien différents. Le scénario tient plutôt bien la route (cohérence, surprises, retournements de situations) et fait la part belle aux préoccupations d'aujourd'hui. Bien vu, par ailleurs, l'excellent clin d'œil aux Chevaliers du Ciel au sein de l'histoire :clap:.

En parlant de sein (un sujet très pointu en ce moment sur Aeroplanète :mrgreen:), si les tenues féminines du premier tome étaient légères, là elles le sont encore plus, au point d'être absentes de temps en temps :roll: (mais pour l'info des amateurs, Callixte ne dessine pas encore les fuselages féminins aussi bien que Romain Hugault :ane:). Ceci dit, les personnages féminins confirment dans cette série qu'elles ne servent pas que de bimbos.

Ce qui nous amène aux relations entre les personnages. Cinq "héros", trois hommes et deux femmes, dont deux couples mariés, ça nous change des un, deux ou trois héros habituels célibataires d'autres BD aviations, et crée des situations pour l'instant inconnues ailleurs :roll:

Seul bémol, le méchant récurrent... Faudrait pas qu'il devienne le Lady X ou le Olrik de l'histoire... Des histoires "modernes" collent mal avec cette notion qui me paraît aujourd'hui plutôt "classique". C'est du moins mon avis.

Sinon, hâte de lire la suite, visiblement avec le Concorde.

Répondre