CHERE MARTHA

Ce forum contiendra les discussions sur toutes vos séances audiovisuelles
Avatar de l’utilisateur
Pierre Droudrou
Messages : 1298
Inscription : mardi 10 août 2004, 20:34
Localisation : Rouvray France

CHERE MARTHA

Message par Pierre Droudrou »

Image
semaine dernière le hasard me mène sur ARTEqui diffuse un film que je ne connais pas et pour lequel je me prends immédiatement de sympathie
chez moi, très souvent, le hasard me conduit à de belles découvertes. Après avoir visualisé le film je suis allé faire un tour sur mon site cinéma favori afin de compléter mon ressenti, croyant avoir découvert une exclusivité que, toujours membre du site, j'aurai fait répertorier .Que nenni, Impétueux un de mes amis avait déjà déposé sa critique que je ne pouvais qu'approuver et qu'en raison de sa qualité je vous laisse découvrir.
https://dvdtoile.com/Film.php?id=20138&page=4
L'histoire : La vie quotidienne de Martha, charmante chef cuisinière passionnée par son métier, est plutôt monotone. Elle réalise de vrais chefs-d'oeuvre culinaires aux fourneaux d'un restaurant de Hambourg. Mais brusquement l'existence de cette jeune femme introvertie bascule…
Image
Chef cuisinier dans un restaurant raffiné de Hambourg, Martha est passionnée par son travail, réservant ses quelques instants libres à des séances d'analyse. Sa vie obsessionnelle est un jour bouleversée par la mort de sa sœur. Elle doit alors recueillir chez elle Lina, sa nièce de huit ans. Et avec l'arrivée d'un nouveau sous-chef au restaurant, l'exubérant Italien Mario, les changements continuent...
Image
de fait chacun s'éduquera à l'autre jusqu'à une fin heureuse.
Et, relisant la critique de mon ami Impétueux découvre que l'actrice principale est aussi la vedette féminine de "La vie des autres un autre film que j'avais beaucoup apprécié lors de sa sortie et je trouve là une occasion de vouloir le revoir
Image
La Vie des autres (Das Leben der Anderen) est un film allemand sorti en 2006, écrit et réalisé par Florian Henckel von Donnersmarck et récompensé de nombreuses fois, notamment aux États-Unis par l'Oscar du meilleur film en langue étrangère.
On ne serait donner de meilleures explications à propos du contenu de ce film magnifique et très sincère au générique duquel on trouve Sebastian Koch.
En 1984 à Berlin-Est, Gerd Wiesler, capitaine de la Stasi, froid, intransigeant, totalement dévoué au système, se voit confier la tâche de surveiller le dramaturge Georg Dreyman. Wiesler comprend vite qu'il s'agit d'une intrigue orchestrée par le ministre est-allemand de la culture Bruno Hempf, qui impose des rapports à la comédienne Christa-Maria Sieland, la compagne de Dreyman ; le ministre souhaite ainsi compromettre son rival pour l'éliminer. Le supérieur de Wiesler et ancien camarade de classe de ce dernier, le lieutenant-colonel Grubitz, espère quant à lui que cette mission sera bénéfique à sa carrière.

Wiesler, installé dans les combles de l'immeuble de Dreyman et équipé d'un imposant matériel d'écoute, s'imprègne de la vie quotidienne des personnes qu'il espionne nuit et jour. Admirateur du talent de comédienne de Christa, il cherche à mettre fin à la situation qui la contraint à se soumettre au ministre de la culture ; il active la sonnette de l'appartement de Dreyman pour que ce dernier se rende compte que le ministre poursuit Christa-Maria de ses assiduités, il rencontre Christa dans un café et lui témoigne admiration et compassion, ce qui l'incite à rompre avec Hempf. Wiesler s'éloigne ainsi peu à peu de sa mission : il en vient à ne rien signaler lorsque Dreyman, à la suite du suicide de son ami Jerska — metteur en scène de théâtre interdit de travail —, s'affaire à la rédaction d'un article de presse pour le magazine ouest-allemand Der Spiegel, destiné à révéler le taux de suicide anormalement élevé en RDA. Pour rester anonyme et éviter l'arrestation, Dreyman utilise une machine à écrire, fournie par le magazine édité en RFA, qu'il cache sous son parquet.

Progressivement, Wiesler en vient à rédiger des rapports incomplets ou falsifiés, dans le but de protéger l'homme qu'il est censé surveiller.

Lorsque Christa-Maria Sieland, inquiétée en raison de son usage de médicaments interdits, et surtout pour avoir repoussé Hempf, est interrogée par Grubitz, elle dénonce — pour sauver sa carrière — son compagnon comme étant l'auteur de l'article paru entretemps dans le Spiegel. La perquisition chez Dreyman s'avère infructueuse car Christa a volontairement omis de donner l'endroit de la cachette contenant la machine à écrire. Toujours détenue à la Stasi, elle est à nouveau interrogée, cette fois par Wiesler, contraint par Grubitz qui a des soupçons sur sa loyauté. Elle donne cette fois l'emplacement de la cachette de l'appartement de Dreyman, se voit promettre par Wiesler que la perquisition n'aura lieu qu'une fois qu'elle aura quitté les locaux de la Stasi. Elle est recrutée comme « collaboratrice officieuse ». On voit ensuite Wiesler se précipiter chez Dreyman. Grubitz lance une deuxième perquisition de l'appartement. Christa-Maria, horrifiée d'avoir « donné » son compagnon et persuadée qu'il va être arrêté, s'enfuit de l'appartement et se suicide en se jetant sous un camion, sous les yeux de Wiesler, resté en faction devant l'immeuble. Wiesler n'a que le temps de lui dire "qu'il n'y a rien à racheter car il a pu…" avant qu'elle ne meure. Grubitz et ses hommes ne trouvent pas la machine dans la cache signalée et s'excusent de leur "erreur" auprès de Dreyman qui tient Christa morte dans ses bras.

Cependant, Wiesler a éveillé les soupçons de son supérieur Grubitz, ce qui suffit pour qu'il rétrograde son vieux camarade au service de contrôle du courrier, la « section M ».

Plusieurs années plus tard, après la chute du mur de Berlin et l'ouverture des archives de la Stasi, Dreyman rencontre de nouveau Hempf qui lui apprend que son appartement était sur écoute. Après avoir constaté que son appartement est en effet encore « truffé » des micros de l’époque abandonnés par la Stasi, il se rend aux archives de la police politique et consulte le très épais dossier qui le concerne : il remarque les falsifications apportées par le responsable de sa surveillance et remarque sur le dernier rapport de l'agent « HGW XX/7 » la trace d’une empreinte à l'encre rouge, la même encre que celle de la machine disparue de son appartement. Il comprend alors qu'il a bel et bien été protégé par cet agent « HGW XX/7 », lequel lui est inconnu. Il effectue des recherches complémentaires et découvre que cet agent, Wiesler, est désormais livreur de prospectus et journaux gratuits à Berlin, mais il choisit de ne pas le contacter.

Deux ans plus tard, Dreyman publie un roman, dont le titre est La Sonate des bonnes personnes, soit en allemand Sonate vom Guten Menschen, ce qui se traduit littéralement par La Sonate de l'homme bon. Cette sonate correspond au livret que lui avait offert Jerska avant son suicide, et dont l'écoute avait bouleversé Wiesler.

Wiesler aperçoit dans la vitrine d'une librairie une affiche publicitaire pour ce dernier livre de Dreyman ; il entre alors dans le magasin et, ouvrant un des exemplaires en vente, constate que l'auteur a dédié le livre à l'agent de la Stasi « HGW XX/7 », pour le remercier de sa protection. Wiesler l'achète et, à la question du caissier qui lui demande s'il faut préparer un paquet-cadeau, il répond : « Non, c'est pour moi ».

Et me voilà à fouiller vainement parmi tous mes DVDs à la recherche du film "LA VIE DES AUTRES" et, ne le trouvant pas, me rabats sur BLACK BOOK
le film de VERHOEVENImageau générique duquel on retrouve Sebastian Koch
film très différent de LA VIE DES AUTRES dont l'action se déroule en Hollande pendant la seconde guerre mondiale.
Image
où la vedette féminine vivra moult péripéties
Image
Image
avant de se retrouver en ISRAEL dans un kibboutz qu'elle aura contribué à financer...
Film intéressant que je n'avais pas revu depuis longtemps et qui ne fait guère honneur à divers évènements survenus aux PAYS BAS fortement décriés par les ressortissants Hollandais que je croise ici dans le village...
:pouce: :pouce: :pouce: :clap: :clap: :clap: :clap: :clap: :love: :paix:
Image
voilà mes chers neveux il ne me reste qu'à vous souhaiter de pouvoir visionner ces trois films!
:pouce: :clap: :clap: :clap: :clap: :clap: :mdr: :paix:
merci tonton !
Jusqu'ici, tout va bien !
Avatar de l’utilisateur
Deltafan
Messages : 1668
Inscription : lundi 01 décembre 2003, 22:42

Re: CHERE MARTHA

Message par Deltafan »

Merci Tonton Pierre ! :pouce:

Pas vu cette "Chère Martha", mais j'avais vu La vie des autres et Black book en leur temps. Deux bons films, effectivement.

Sinon, juste pour dire que, perso, et certainement comme de nombreuses personnes ici, je connais surtout l'actrice principale de Black book (Carice van Houten) pour son interprétation de la sulfureuse prêtresse rouge dans la série Game of Thrones. Un admirateur de la gent féminine comme toi l'y a peut-être vue à l'occasion :wink:

Image
Avatar de l’utilisateur
Pierre Droudrou
Messages : 1298
Inscription : mardi 10 août 2004, 20:34
Localisation : Rouvray France

Re: CHERE MARTHA

Message par Pierre Droudrou »

Ah Deltafan ! merci pour ta pensée games of throne je sais la présence au générique de Carice Van Houten mais n'ai pas encore vu ni fait l'acquisition de cette série qui titille quelque peu ma curiosité :mdr: :pouce: :pouce:
que veux-tu : "nobody is perfect" surtout moi !...
Jusqu'ici, tout va bien !
Avatar de l’utilisateur
Deltafan
Messages : 1668
Inscription : lundi 01 décembre 2003, 22:42

Re: CHERE MARTHA

Message par Deltafan »

Je ne peux que te conseiller "GoT". Bon, après, les goûts et les couleurs ça ne se discute pas, et aucune série n'est exempte de défauts, GoT en a aussi. Mais, personnellement, elle fait partie de mes 4 séries préférées avec Babylon 5, Star Trek Deep Space Nine et Lost :pouce:
Avatar de l’utilisateur
Pierre Droudrou
Messages : 1298
Inscription : mardi 10 août 2004, 20:34
Localisation : Rouvray France

Re: CHERE MARTHA

Message par Pierre Droudrou »

à propos de BLACK BOOK j'ai omis de préciser que le film est un immense "flash back" ce qui aide à mieux en comprendre le sens.
et parlant de "FLASH BACK"le plus beau que je connaisse est le chef d'oeuvre de Michael Cimino intitulé HEAVEN'S GATE
LA PORTE DU PARADIS dont je vous entretiendrai un autre jour après l'avoir revu
Image
4 heures d'horloge mais quel film ! :pouce: :pouce: :pouce: :clap: :clap: :clap: :clap: :clap: :love: :love: :mdr: :mdr: :paix: :paix:
et, puisque, en réponse à Deltafan j'ai dit que j'évoquerai le film CAMELOTaprès revisitation sachez bien que ce même musical entre dans la catégorie des longs "flashbacks" ce qui permet de mieux l'apprécier et qui, pour nous français, n'est pas forcément évident !...
Image
merci Tonton Pierre pour cette belle affiche !...
Image
:pouce: :pouce: :pouce: :clap: :clap: :clap: :clap: :clap: :love: :love: :mdr: :mdr: :paix: :paix:
Jusqu'ici, tout va bien !
Répondre