Herzet et Loutte - Centaures

Pour toutes les discussions sur les autres BDs aéronautiques...
Répondre
Avatar de l’utilisateur
pierre
Messages : 721
Inscription : samedi 28 décembre 2002, 11:21
Localisation : Paris

Message par pierre »

laurent a écrit :
pierre a écrit :Les dessins d'E.Loutte sont toujours aussi agréable, même si je lui préfère les premiers Biggles.
Ceux dessinés par Bergèse ? :mrgreen:
Non, je pensais aux premiers Biggles dessinés par E.Loutte. :wink:
Avatar de l’utilisateur
pierre
Messages : 721
Inscription : samedi 28 décembre 2002, 11:21
Localisation : Paris

Message par pierre »

Herzet a écrit : Pierre > merci à toi pour ce retour constructif.

L'histoire du couple de la pl. 20 est un peu particulière. Eric a zappé (il travaillait sur deux séquences en même temps) une partie de la scène où on les revoit sur le pont se faisant discrètement un petit signe amoureux de leur "invention" juste avant l'explosion dans laquelle il est blessé. Quand nous nous en sommes aperçus, il était trop tard pour un raccord harmonieux...

En effet, la griffe d'Eric était plus "classique" sur les Biggles (ça devait plaire aussi) Plus classique parce que d'après ce que j'ai compris, on lui avait demandé de coller au style Bergèse duquel il s'est progressivement affranchi pour nous livrer ce trait hyper-réaliste, presque figuratif.

Pour les couleurs, on se rejoint en partie : Eric aurait préféré des réglages un peu différents, notamment sur les rouges. D'où peut-être cette impression plus sombre ?

Une nouvelle critique du journal L'Echo, suivez le guide :
http://blogs.lecho.be/lupourvous/2011/1 ... is-bd.html

Bonne soirée,
Emmanuel
http://www.centaures-bd.com/
Merci d'avoir pris le temps de répondre.
Je comprends mieux l'apparition succincte du couple. Ceci dit nous retrouverons peut être la demoiselle plus tard :?:

Pour l'évolution du trait d'E.Loutte. C'est très bien de s'être affranchi du trait de F.Bergèse, E.Loutte doit prendre plus de plaisir à dessiner avec son propre style et nous, lecteur y trouvons notre compte car son style est agréable.
Mais je persiste et signe, je préfère les premiers Biggles :D

Pour les couleurs, j'ai du mal à exprimer ma gène. Effectivement, c'est peut être le rouge.

En tout état de cause, merci à vous trois et vivement le prochain tome 8)
Herzet
Messages : 40
Inscription : mercredi 09 novembre 2011, 11:58

Message par Herzet »

pierre a écrit : Merci d'avoir pris le temps de répondre.
Je comprends mieux l'apparition succincte du couple. Ceci dit nous retrouverons peut être la demoiselle plus tard :?:

En tout état de cause, merci à vous trois et vivement le prochain tome 8)
De rien, Pierre. C'est avec plaisir et ce le sera à chaque fois que j'aurai le temps de venir vous répondre. N'hésitez donc pas à passer discuter le bout de gras ici.
Et, oui, oui, tu as vu juste : la demoiselle réapparaîtra...
Bonne journée,
Emmanuel
http://www.centaures-bd.com/
Avatar de l’utilisateur
Raymond
Messages : 1794
Inscription : mardi 08 août 2006, 9:40
Localisation : Sebourg (59)
Contact :

Message par Raymond »

Herzet a écrit :
L'histoire du couple de la pl. 20 est un peu particulière. Eric a zappé (il travaillait sur deux séquences en même temps) une partie de la scène où on les revoit sur le pont se faisant discrètement un petit signe amoureux de leur "invention" juste avant l'explosion dans laquelle il est blessé. Quand nous nous en sommes aperçus, il était trop tard pour un raccord harmonieux...

Emmanuel
http://www.centaures-bd.com/
J'arrive un peu aprés tout le monde, et donc je découvre les échanges précédents.

Moi aussi je m'étais posé la même question, et dans la lecture j'avais rencontré un problème similaire, bien qu'anecdotique celui là, quand Malia annonce "le champ de draps" comme si ce dernier avait été un repère dans une page précédente, et du coup l'idée m'était venue que j'avais "loupé" une page peut être collée à une autre, dans ma précipitaion à lire l'album !
Ton explication me fait comprendre qu'il y a du avoir des ajustements lors de la mise en page définitive qui peuvent expliquer ce genre d'interprétation hâtive.

Pour le reste, j'admire toujours autant le dessin d'Eric Loutte, non seulement dynamique , souple et clair !

Mon seul problême etant de ne pas savoir identifier (et memoriser) chaque personnage au premier coup d'oeil, surtout dans les "seconds rôles", mais c'est peut être du au fait d'un premier tome d'une série, dans lequels les héros ne nous sont pas encore familiers.

Raymond
Herzet
Messages : 40
Inscription : mercredi 09 novembre 2011, 11:58

Message par Herzet »

Après tout le monde, c'est un bien grand mot, Raymond ^^. Et puis, l'album n'est sorti que depuis quinze jours aussi.

Et bien, avec les draps, on aura fait le tour des "couacs" entre le script original et son interprétation sur la planche à dessin. Le champ de draps était introduit dans le script mais la séquence RESCO dynamique et fluide, encrée et lettrée, étant bouclée... Focalisé sur l'action, Eric en avait oublié les fameux draps qu'il a redécouvert en entamant la séquence poursuite/fusillade. Revenir sur la planche RESCO équivalait à la refondre quasi intégralement, cela aurait pris trop de temps et nous étions à ce moment-là pressés par les délais. Il nous a semblé que l'ellipse pourrait fonctionner en l'état.

Ce problème d'identification des personnages est troublant pour nous aussi, et en fait : serrés dans 46 planches, avec des engins imposants gourmands en espace pour évoluer graphiquement, beaucoup d'action, le tout dans un milieu où les gens sont souvent casqués, masqués ou coiffés de diverses protections... C'est un piège mais aussi un des enseignements que nous avons intégré pour le tome 2.

Bonne journée,
Emmanuel
http://www.centaures-bd.com/
Avatar de l’utilisateur
Nemo
Messages : 215
Inscription : mardi 26 décembre 2006, 19:09

Message par Nemo »

J?ai acheté et j?ai lu.
J?ai longtemps hésité avant de poster un avis? car j?ai un sentiment très mitigé à la lecture de ce premier opus... et je vais peut-être plomber l'ambiance de ce post.

Je serai tenté de dire que comme d?habitude, la précision du dessin d?Éric Loutte n?appelle pas de commentaire particulier (Contrairement à ce qui a été écrit au dessus, je n?ai pas particulièrement eu de mal à reconnaitre les personnages au fil des pages. Il y a juste que certains personnages... je ne sais pas [encore ?] qui ils sont où ce qu?ils font là).
C?est précis, c?est net, c?est réaliste, bref c?est beau. De toute façon, je suis assez conquis voire bluffé par les dessins d?Éric depuis ses reprises de Biggles.

En revanche, là où, à mon avis, le bât blesse, c?est au niveau du scénario (désolé Emmanuel).
Je souscris bien évidemment aux remarques de Pierre et Raymond ci-dessus avec des incohérences qui seront, espérons le, levées dans les prochains volumes.
Ce qui m?a réellement gêné à la lecture de Crisis, c?est un sentiment de déjà vu? ou plutôt de « déjà lu ».
Ça m?a tellement perturbé que j?ai relu d?anciennes BD stockées dans ma (grosse) bibliothèque.
J?en suis arrivé à une conclusion qui me met très mal à l?aise : ça ressemble beaucoup et à tout point de vue à des aventures vécues par les Kimonos, série de JYB et Francis Nicolle (relire plus particulièrement ASSAUT-MER, SCORPION NOIR et COUP D?ÉTAT pour ceux qui voudraient se faire une idée perso). Un coup d?état, l?intervention des forces françaises à partir du porte avions (ce qui est assez normal pour des Rafales), l?implication directe du président de la république française, des pilotes pourchassés et blessés par des rebelles, un pilote civil de Falcon ex-pilote militaire qui extrait un opposant, futur président, ou un président déchu escorté par deux pilotes de l?aéronavale qui connaissent personnellement le pilote en question, etc? Même certains prénoms sont les mêmes. Dans les deux aventures, un des pilotes s?appelle Bruno, comme moi (c?est ce qui m?a fait « tilter » d?ailleurs. C?est la deuxième fois que dans une BD aéro, je vois mon prénom. N?en jetez plus, étant moi-même pilote professionnel, ex-pilote militaire, je me sens flatté !). Certes, ce n?est pas en Afrique mais sur les iles (pas loin de l?Afrique), mais bref pas grand-chose qui me change de ce que j?ai pu lire avant.

Je m?étonne d?ailleurs de n?avoir pas encore lu de post de JYB, pourtant si prompt généralement à nous signaler tout fait d?actualité qu?il a noté et qu?il avait anticipé dans une de des BD !

J?attends de lire le second volume pour voir comment cela va évoluer et savoir si ma gène disparaitra.

Nemo
Herzet
Messages : 40
Inscription : mercredi 09 novembre 2011, 11:58

Message par Herzet »

Nemo > je te remercie pour ce retour circonstancié (fort matinal ou nocturne ^^ ?) Je reviendrai plus tard discuter le bout de gras mais j'ai un timing serré aujourd'hui.
Je tenais cependant à couper tout de suite les ailes à la potentielle polémique que je sens poindre entre les lignes.
Je vais sans doute m'attirer les foudres de membres émérites de ce forum mais je n'ai jamais lu aucun des KIMONOS pour des raisons de goûts personnels.
Les points que tu soulèves comme des "ressemblances à tous points de vue" sont ce que j'appelle, moi, les ficelles du genre que l'on a utilisées sans pour autant les empiler sans raison.
Un rapide exemple : on pourrait dire que la mise en scène de tout pilote tombé derrière les lignes ennemies est une resucée de : Air Force Bat 21, Behind ennemy lines... pour les plus connus et ce, y compris dans les albums de M. JYB alors ?
Autre exemple, le plus rapide, Bruno est un prénom français courant et, surtout, le prénom d'un ami à qui je voulais faire un petit clin d'oeil...
A tout à l'heure,
Emmanuel
http://www.centaures-bd.com/
Herzet
Messages : 40
Inscription : mercredi 09 novembre 2011, 11:58

Message par Herzet »

Nemo a écrit :Je souscris bien évidemment aux remarques de Pierre et Raymond ci-dessus avec des incohérences qui seront, espérons le, levées dans les prochains volumes.
Ce qui m?a réellement gêné à la lecture de Crisis, c?est un sentiment de déjà vu? ou plutôt de « déjà lu ».
Un coup d?état, l?intervention des forces françaises à partir du porte avions (ce qui est assez normal pour des Rafales), l?implication directe du président de la république française, des pilotes pourchassés et blessés par des rebelles, un pilote civil de Falcon ex-pilote militaire qui extrait un opposant, futur président, ou un président déchu escorté par deux pilotes de l?aéronavale qui connaissent personnellement le pilote en question, etc? Même certains prénoms sont les mêmes. Dans les deux aventures, un des pilotes s?appelle Bruno. Certes, ce n?est pas en Afrique mais sur les iles (pas loin de l?Afrique), mais bref pas grand-chose qui me change de ce que j?ai pu lire avant.J?attends de lire le second volume pour voir comment cela va évoluer et savoir si ma gène disparaitra.
Nemo
Bonsoir,
Me revoilà...
Répondre à la "critique" n'est jamais un exercice facile. Cela donne souvent l'impression qu'on est imperméable aux retours ou qu'on a des réactions d'amour propre mal-placé. Je vous rassure, rien de tel ici.

Je vais essayer d'être complet pour expliquer le choix des codes ou ficelles du genre qui ont été posés, généralement dictés par l'intrigue:
- on ne peut pas vraiment parler d'incohérences là où il y a deux ellipses un peu brutales, je vous l'accorde, mais ellipse quand même. D'accord, là, je me rebiffe un peu.
- le coup d'état : j'ai déjà expliqué plus haut la volonté de devancer l'actualité en Côte d'Ivoire,
- placer l'action dans un ancien DOM-TOM, ce qui justifiait l'intervention de la Marine nationale et de son porte-avions puisque nous avions choisi l'option Marine,
- des îles pas loin de l'Afrique, près de Madagascar. C'est une des régions du monde régulièrement en proie à l'instabilité provoquée ou non + historiquement, la France y a de nombreux intérêts + le CDG fait régulièrement escale à Djibouti et, pour les besoins de l'histoire, il devait être sur zone rapidement... Jusqu'ici seules l'actualité, les procédures réelles de la Marine et la géographie ont été source d'inspiration.
- le président me semble être la personne appropriée pour traiter une crise majeure de ce genre. Ici, c'est la logique même qui parle ? Son implication n'est pas plus directe que celle de son Etat-Major qu'il secoue pour obtenir des résultats ?
- les pilotes pourchassés derrière les lignes ennemie, j'y ai répondu ce matin,
- le pilote civil , ex-pilote militaire : dans toutes les forces aériennes mondiales, de nombreux pilotes se reconvertissent dans le privé. C'est un fait. Objectif et reconnu. Je n'ai pas dû lire de Kimonos pour l'apprendre.
- quitte à se reconvertir, pourquoi pas sous le soleil dans une compagnie aérienne exotique ?
- et pour apponter un Falcon sur le CDG, un ancien de l'Aéronavale s'imposait logiquement. Sans quoi, il n'aurait jamais tenté le coup même encouragé ou coaché par ses anges gardiens,
- enfin, pourquoi un Falcon ? 1° - pour des raisons de doc disponible, 2° - parce que la masse de l'avion proche de celle d'un avion embarqué ne risquait pas théoriquement d'abîmer la barrière et 3° - un appareil trop moderne dans une compagnie aérienne de "seconde zone" n'était pas réaliste. Là encore, un choix dicté par des éléments de l'intrigue et pas par une inspiration sur ce que d'autres ont déjà fait.
Par contre, il n'est nulle part écrit que les héros connaissent personnellement le pilote civil en question. Ici, c'est clairement une ellipse : le pilote civil en quête de solutions se présente à ses anges gardiens, on imagine qu'il leur dit que ça lui fait plaisir de les voir, lui un ancien de la "maison"... et l'info remonte jusqu'à la passerelle où on énumère les différentes possibilités ? Cela aurait pris deux planches dont on avait besoin ailleurs alors qu'en une bulle, c'était réglé.
- le prénom Bruno, c'est déjà fait.
Il me semblait que le traitement de ces différent(e)s codes/ficelles avait fait l'objet d'une certaine "originalité" de notre part (?) passée sous silence : les avions agricoles transformés en arme chimique, l'affrontement Jaguar/Rafale, le triangle narratif Marine/DGSE/A.A., l'appontage du Falcon, les champs de draps...

Bref, ça devient long. Nemo, j'espère que ta gêne s'est un peu dissipée et que tu as quand même passé un chouette moment de lecture ? Je te remercie de dire attendre le tome 2 pour te prononcer définitivement.

Et pour ne pas poster à vide, Cols bleus se fend d'une double-page sur Centaures, suivez le lien, pp.36-37 :
http://www.calameo.com/read/000331876c937431c7484

Bonne soirée et joyeuses fêtes de fin d'année à tous si on ne se croise plus d'ici là,
Emmanuel
http://www.centaures-bd.com/
JYB
Messages : 4357
Inscription : samedi 23 octobre 2004, 22:23
Localisation : Bretagne
Contact :

Message par JYB »

Herzet a écrit :Il me semblait que le traitement de ces différent(e)s codes/ficelles avait fait l'objet d'une certaine "originalité" de notre part (?) passée sous silence : les avions agricoles transformés en arme chimique, (...)
Quelques exemples d'avions agricoles transformés en arme chimique :

Série La Patrouille des Castors, Les Démons de la nuit, planche 31 (scénario Jean-Michel Charlier, dessins Mitacq, édité chez Dupuis en 1973) ; cela se passe dans un pays fictif d'Afrique (genre Angola) :
Image

Buck Danny, La Vallée de la mort verte, planche 39 (scénario de Jean-Michel Charlier, dessins de Victor Hubinon, chez Dupuis encore, et en 1973 également) :
Image
(à la planche suivante, l'avion aspergé s'écrase).

Allô DMA, Mort en tous genres, planche 31 (scénario Jean-Michel Charlier, dessins Raymond Poïvet ; publié dans Pilote en 1965, édité en album chez Glénat en 1976 sous le titre La Cité secrète de la mort) ; certes, ce ne sont pas des avions agricoles mais des hélicoptères agricoles ; dans la scène ci-dessous, ils cherchent à liquider le héros, le journaliste-enquêteur Guy Lebleu :
Image

Pour ce qui est de l'épandage de produits chimiques mortels au moyen d'avions qui ne sont toutefois pas agricoles :

Missions Kimono, Tiger, dans le dernier tiers de l'album (scénario JYB, dessins Francis Nicole, édité en 2007) ; l'avion, un Citation, ne parvient pas à ses fins, étant intercepté et détruit en vol à la dernière minute ; extraits de deux planches :
Planche 36 :
Image
Planche 46 :
Image

Goldfinger, film de James Bond (réalisateur Guy Hamilton, 1964). Le Fort Knox est attaqué par les avions du Flying Circus de Pussy Galore (mais le gaz mortel prévu au départ a été remplacé par un produit inoffensif ; on voit quand même la scène de l'attaque et de l'épandage du produit, les gens à terre faisant semblant de s'écrouler au sol) ; l'équipe féminine des pilotes du Flying Circus avec un de ses avions :
Image

Comme l'a dit le philosophe ionien Anaxagore de Clazomènes : «Rien ne naît ni ne périt, mais des choses déjà existantes se combinent, puis se séparent de nouveau».
Et comme a ajouté le chimiste Antoine Lavoisier : "Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme".
Herzet
Messages : 40
Inscription : mercredi 09 novembre 2011, 11:58

Message par Herzet »

Bonjour JYB,
L'objectif de cette démonstration ? Uniquement une belle illustration de la loi de Lavoisier ?
J'espère... mais alors, un petit mot à mon adresse avec la simple énonciation de la loi en question auraient suffi, non ? Le message aurait été universel, comme la loi, englobant tous les auteurs dans le même sac ? Si l'intention n'est pas ambigüe, JE la trouve en tout cas maladroite et JE ne peux m'empêcher d'éprouver une drôle de sensation. Mais, allez, c'est sans doute moi qui interprète mal encore une fois.
Par contre, si je peux me permettre, avant d'éplucher la liste des exemples que j'avais notée, en épingler un pour le démonter boulon par boulon - et dès lors renforcer mon impression qu'ici Centaures ne trouvera pas grâce, Dieu seul sait pourquoi, aux yeux de quelques-uns - avais-tu remarqué les guillemets encadrant le mot originalité suivi d'un point d'interrogation entre parenthèses dans mon post ?

Joyeuses fêtes de Noël à tous... et pas d'excès, n'est-ce pas ^^!
Emmanuel
http://www.centaures-bd.com/
Avatar de l’utilisateur
rob1bureau
Messages : 211
Inscription : vendredi 14 mars 2008, 22:23

Message par rob1bureau »

Fréquentant le forum (et donc virtuellement JYB) depuis quelques temps, je pense pouvoir dire que son message ne cherchait pas à constituer une réponse d'ensemble mais était une digression. Il faut savoir que JYB aime bien noter les cas précédents où on a vu quelque-chose, que ce soit une inspiration réelle ou un hasard entre deux fictions.
Avatar de l’utilisateur
Nemo
Messages : 215
Inscription : mardi 26 décembre 2006, 19:09

Message par Nemo »

Emmanuel,

Je comprends tout à fait que tu défendes becs et ongles "ton bébé".
Je vais commencer par faire amende honorable pour une des remarques que j'ai écrite au dessus. Au moment de la rédaction du post, je n'avais pas la BD sous les yeux et j'ai donc supposé sans confirmer.
Effectivement, il n'est pas écrit, comme tu l'indiques, que les pilotes des Rafales connaissent le pilote du Falcon.
Certes. Mais, tu dois le savoir puisque que tu y as été immergé pendant quelques jours, le monde de la chasse dans l'aéronautique navale est petit, voire très petit, où tout le monde connait tout le monde.
Le pilote du Falcon étant un ancien de la maison (ayant servi sur le Foch), j'en ai déduis, peut-être un peu trop vite, que tout ce petit monde se connaissait.
Peut être même ai-je été influencé par un vol récent dans mon boulot où j'ai volé avec un ancien de l'aéro qui l'avait quitté en 98 et qui connaissait aussi bien des "vieux" (des "légendes") qui étaient partis bien avant son arrivée que des "jeunes" qui étaient entrés après son départ.
J?ai effectivement fait un amalgame avec la scène identique de Missions Kimonos (voir mon précédent post). Mais ça ne change pas grand-chose au fond du problème. Au temps pour moi.

Je maintiens néanmoins tout le reste de ce que j'ai écrit.

Je ne suis et n'ai jamais été chasseur. Ce qui suit n'est donc que mon opinion personnelle et ne repose sur aucune connaissance réelle, mais fait appel à mon simple bon sens (et éventuellement de mon expérience d'ancien pilote militaire et d'actuel pilote de ligne) :
Dans cette BD, il y a, grosso modo, 2 grosses scènes d'action aérienne :
- le départ du Rafale lors de l'arrivée des avions agricoles suivi du combat aérien qui se termine par l'atterrissage du Rafale sur la plage.
- le vol, l?attaque, la protection puis l'atterrissage (ou plutôt le crash) du Falcon sur le pont du CDG.
Les deux me posent problème.
Lors de son atterrissage sur la plage, le Rafale a un moteur en panne et l?autre pas loin de l?être. Perso, j?imagine que dans ce cas là, les instructions doivent être claires : éjection plutôt qu?une tentative d?atterrissage de fortune (surtout sur une plage qui est loin de la piste idéale. Il est même étonnant que le Rafale soit toujours sur son train en fin de course ! Dans le cas présent je l?aurai plutôt vu terminer, dans le meilleur des cas, sur le ventre, train arraché).
Concernant le crash du Falcon, quel Pacha de PA accepterait de voir un avion non adapté tenter un atterrissage sur son pont d?envol ? Surtout quand on voit la tournure que prennent les évènements : le Falcon explose, rendant le pont inutilisable? et pendant ce temps, il y a toujours 2 rafales en l?air ! Tu ne dis pas dans l'histoire ce qu'ils sont devenus ! Or, c'est loin d'être négligeable, d'autant que ce sont les héros de la BD, et de toute façon, tous les lecteurs pilotes se demandent automatiquement la même chose. Et en tant que scénariste, tu aurais dû te poser la question au préalable, d'autant que ça doit être la préoccupation majeure de n'importe quel commandant de porte-avions. Non ?
Sérieusement, le tout a réellement été « validé » par des pilotes militaires ?

Certains intervenants sur ce forum sont très pointus en matière d?aviation militaire comme ici. Les dessinateurs ou les scénaristes qui le fréquentent le savent et l?acceptent.
Moi, quand je lis une BD, je ne suis pas à l?affut du tube Pitot ou du rivet mal placé car c?est un domaine que je ne maitrise pas (quoique si on dessine l?un ou l?autre des aéronefs dans lequel j?ai passé des milliers d?heures, si je vois une énormité je la signalerai peut être). Je cherche seulement un peu de détente en me disant que ce que je lis a eu lieu ou aurait pu arriver (ou arrivera peut être un jour). Je ne l?ai pas ressenti dans ton album.

Je ne sais plus où j?ai lu (sur le web) que Centaures était la série qui succédait à Buck Danny et Dan Cooper. C?est à mon avis aller un peu vite en besogne? Je n?ai pas d?actions ni de relations intimes avec les « missions Kimonos » (que tu n?as jamais lues et qui pourtant est LA série qui parle de l?aéronautique navale), mais celle-ci tient le haut du pavé depuis maintenant plus de 10 ans et on découvrira le 13ième opus en 2012.
Et concernant le Rafale lui-même, je pourrais aussi citer Fox One (3 albums) ou Team Rafale (5 albums).
Bref tout ça pour dire que le sujet n?est pas nouveau. Je n?ai aucun doute sur les ventes de Crisis qui sera aidé pour ça par la « puissance » de diffusion des éditions « Le Lombard » et la campagne qui accompagne sa sortie. Maintenant, comme tu t?adresses au grand public, ça « passera » sans problème. Sur ce forum, les intervenants sont peut être un peu plus velus? et en tous cas pour moi, ça passe beaucoup moins bien.

Emmanuel, dans tous tes précédents posts, tu nous livres des liens qui sont enthousiastes concernant cet album et en arguant la proximité et l?aide officielle dont tu as pu bénéficier pour élaborer cette histoire (NB : JYB a bénéficié de la même aide).
Histoire de contrebalancer les « forces en présence », permet-moi de t?en soumettre un qui n?est pas tendre avec toi : http://www.planetebd.com/bd/le-lombard/ ... 13839.html

Tout ce que j?écris n?est pas destiné à te « casser » (même si tu en as peut être le sentiment). J?ai acheté le premier album et j?achèterai le prochain. Mais si dans le prochain, le scénario n?est pas plus réaliste et inédit, je passerai la main pour les suivants. C?est tout.

Nemo
Avatar de l’utilisateur
Raymond
Messages : 1794
Inscription : mardi 08 août 2006, 9:40
Localisation : Sebourg (59)
Contact :

Message par Raymond »

Nemo a écrit :
Lors de son atterrissage sur la plage, le Rafale a un moteur en panne et l?autre pas loin de l?être. Perso, j?imagine que dans ce cas là, les instructions doivent être claires : éjection plutôt qu?une tentative d?atterrissage de fortune (surtout sur une plage qui est loin de la piste idéale. Il est même étonnant que le Rafale soit toujours sur son train en fin de course ! Dans le cas présent je l?aurai plutôt vu terminer, dans le meilleur des cas, sur le ventre, train arraché).
Sur ce point, l'avion étant destiné à être perdu d'un sens comme dans l'autre, l'éjection était la SEULE solution possible et même imposée !
Le résultat étant le même pour l'avion : perte définitive, mais moins risqué pour l'équipage qui avait toutes les chances d'y rester dans cette tentative d'atterrissage .....
Nemo a écrit : Concernant le crash du Falcon, quel Pacha de PA accepterait de voir un avion non adapté tenter un atterrissage sur son pont d?envol ? Surtout quand on voit la tournure que prennent les évènements : le Falcon explose, rendant le pont inutilisable?
Sur ce point j'ai eu la même réaction immédiate ! Ne comprenant pas, avant de lire l'album, pourquoi Emmanuel se vantait d'avoir imaginé une scène aussi impossible de prime abord
Mais !
Car il y a un mais !
Il ne faut pas oublier que ce Falcon a à son bord un chef d'êtat ami de la France, or, pour cette seule et unique raison, le Pacha du CDG, s'il s'était opposé à cette manoeuvre, aurait reçu, immédiatement, l'ordre formel de la présidence française de tout mettre en oeuvre pour sauvegarder la vie de ce chef d'etat, et aucune raison technique contradictoire n'aurait été acceptée !
C'est une situation que j'ai connue dans mon boulot (où il n'y avait pourtant ni risque vital pour qui que ce soit, ni autorité à sauvegarder), mais des raisons techniques imparables, réglementaires, et administratives qui s'y opposaient totalement.
Alors, imaginez dans ce cas précis, et surtout avec notre président actuel, quels auraient été les ordres ?

J'extrapole peut être puisque nous sommes ici dans une oeuvre de fiction, mais je ne dois pas être loin de ce qui se serait passé face à une telle situation dans la réalité, et je ne doute pas que, malgré les impossibilités potentielles, les militaires du CDG, devant une telle contrainte, n'aient mis tout en oeuvre pour limiter les dégats, d'où cette tentative des plus risquées et osées (le poids de l'appareil n'étant pas en soit un obstacle , mais plutot sa grande vitesse d'approche et l'absence de train adapté au choc), préférée à un amerrissage (autre solution) présentant peut être plus de risques pour le prestigieux passager.
Tout au plus peut on regretter que ces passagers aprés la violence réelle d'un tel choc, descendent de cet appareil aussi frais et dispos que s'ils avaient fait un simple vol de croisière, alors qu'un pilote, solidement brélé et préparé, en sort généralement trés secoué pour ne pas dire plus ......

Raymond
JYB
Messages : 4357
Inscription : samedi 23 octobre 2004, 22:23
Localisation : Bretagne
Contact :

Message par JYB »

Une surcharge de travail et les fêtes ne me permettent pas d'être tout le temps sur Aéroplanète, aussi je ne réponds que maintenant.
Herzet a écrit :avais-tu remarqué les guillemets encadrant le mot originalité suivi d'un point d'interrogation entre parenthèses dans mon post ?
Oui, j'avais vu les guillemets à "originalité" et le point d'interrogation dans ton premier message, mais avant d'envoyer mon propre post samedi matin, j'avais interrogé mon entourage car ça me tarabustait quand même. Sur trois personnes interrogées, deux ont pensé, comme moi, que tu prétendais que, dans ta BD Centaures, les scènes citées à la suite de ton propos étaient originales (à savoir : l'intervention d'avions agricoles comme arme chimique, le "triangle narratif" - comme tu dis - Marine/DGSE/Armée de l'air, etc. ; cf ton post).
Je reconnais que la troisième personne interrogée a émis des doutes, disant que ton propos n'était pas très clair et que tu pouvais laisser entendre tout et son contraire...
Me ralliant à la majorité (et à ce que je pensais avoir compris personnellement), j'ai donc envoyé mon post démontrant par des exemples illustrés que non, ce n'est pas la première fois qu'on voit des avions agricoles comme "arme chimique" dans une oeuvre de fiction et en particulier dans une BD d'aventures.
Donc, pour lever le doute, dis-nous clairement - sans guillemets et sans point d'interrogation - ce que tu as voulu dire...
Herzet
Messages : 40
Inscription : mercredi 09 novembre 2011, 11:58

Message par Herzet »

Bon, très sereinement...

JYB > Il n'y a aucun doute à lever, je n'ai rien voulu dire d'autre que ce j'ai écrit, à savoir : l'originalité est une notion relative ("...") et espérer en faire preuve (?) n'en est pas forcément la garantie.

Nemo > Je ne me sens pas cassé, ce n'est qu'une BD après tout.

Je ne me sens pas cassé, je suis simplement déçu.
Déçu parce que j'ai l'impression de payer le plan de com. ambitieux du Lombard pour une BD qui n'en serait peut-être pas digne ? Un peu comme si on tombait sur le dos du concessionnaire de voitures concurrent parce que la marque qu'il représente prétend fabriquer les meilleurs voitures du monde. C'est du marketing, c'est tout et les auteurs sont rarement associés au marketing. Quand c'est bien fait, ils en profitent et dans la surproduction actuelle, ils seraient idiot de ne pas le faire. Où est le mal ? N'importe quel auteur saisirait sa chance !
Mais je n'ai jamais prétendu que Centaures était meilleur ou pire que ses prédécesseurs, je n'ai jamais prétendu être le successeur de Dan Cooper ou Buck Danny (relisez les crédits dans l'album, vous verrez où se situe notre filiation et où va l'hommage), je n'ai jamais prétendu non plus avoir été le seul à bénéficier des conseils et de l'aide des marins (nous avons partagé cette semaine à bord avec Cazenove, auteur des Héros navals, avec qui nous avons gardé de bons contacts), je n'ai jamais prétendu être plus original qu'un autre, nous caressions l'espoir d'avoir conçu quelques plots qui auraient pu l'être (nous savons maintenant qu'au moins un ne l'est pas tout à fait)

Je suis déçu de ce que l'on confond ce que je suis et ce que je fais.
Déçu qu'on mette en doute de manière intransigeante mon honnêteté : au pire, je passe pour un plagiaire déguisé, au mieux pour un scénariste en manque d'inspiration qui "pompe" ailleurs, pour un jeune prétentieux, à qui on prête des propos qu'il n'a pas tenus, pas clair quand il en tient, imperméable à la critique, auto-complaisant avec son travail et, le sommet, menteur ou fabulateur :
Nemo a écrit : Sérieusement, le tout a réellement été « validé » par des pilotes militaires ?
N'en jetez plus ! Là, ça devient carrément vexant. (j'ai demandé dans mon entourage pour voir si mon impression était recevable... à l'unanimité)

Les libraires annoncent 15 jours de visibilité maximum en rayon, moitié moins quand la nouveauté est cernée de blockbusters qui trustent l'attention. Poster les liens des différentes critiques objectives (que je ne cherche pas moi-même, c'est un ami qui me les signalait) était pour moi une façon (que je croyais dynamique) de faire durer cette visibilité. Finalement, ce n'était jamais que des liens à suivre ou pas. Où est le problème, cela fait-il de l'ombre à quiconque de partager avec enthousiasme ces critiques objectives ? Je vous rassure, je n'ai pas couché avec tous les chroniqueurs, j'ai essayé avec celui de Planète BD, mais il a refusé ^^... Et d'ailleurs, cette critique était sur ma page Facebook avec celle de Krinein. Nemo m'a coupé l'herbe sous le clavier parce que je comptais bien la poster ici aussi après avoir récupéré des fêtes... Mon enthousiasme est gênant ? OK, j'en ai pris bonne note, je n'y reviendrai plus. De toutes façons, au bout d'un mois, l'effet nouveauté se dissipait et il était clair que les critiques bonnes ou mauvaises ne tarderait pas à suivre la même voie, cela n'aurait plus été très long à "supporter".

Je suis déçu parce qu'en venant ici, je savais (et j'acceptais, comme dit dans un post précédent) les remarques pointilleuses et pertinentes. J'étais prêt à défendre Centaures évidemment. J'ai pris la peine et le temps d'être clair, complet et méthodique dans mes réponses quand se posaient des questions en essayant de rester constructif. Par ex., Nemo, j'ai téléchargé les liens que tu m'avais suggérés, j'ai acheté (et presque lu, pas pu attendre Noël) ce superbe bouquin que tu m'avais conseillé, le site renseigné est une mine pour mes commandes de doc, j'ai fait remonter l'info de Raymond pour la piste...

Je suis déçu des retours intransigeants qui n'épinglent que le négatif ou le point de détail - excepté le dessin d'Eric qui, soyons franc, n'avait pas grand chose à craindre - ou qui refusent d'admettre que, oui, toute une série de cas de figures techniques auraient pu (dû) être traités autrement mais que nous sommes dans le cadre d'une fiction pure ancrée dans un contexte et un environnement que l'on veut le plus réaliste possible mais pas d'un documentaire. Les choix finalement posés ne sont pas tous religieusement corrects, Eric et moi-même avons privilégié l'action et l'aspect graphique parfois au détriment de la pure vraisemblance et, à mon corps défendant, de l'intrigue aussi.

Je termine sur une phrase de P. Valéry : "Un artiste ne finit jamais une oeuvre, il l'abandonne."

Je ne tourne pas le dos au débat mais je le clos maintenant car je crois qu'il ne progressera plus.

Bonnes fêtes de fin d'année à tous... et n'abusez pas des bulles (de champagne, évidemment^^)
Emmanuel
http://www.centaures-bd.com/
Répondre