Herzet et Loutte - Centaures

Pour toutes les discussions sur les autres BDs aéronautiques...
Herzet
Messages : 40
Inscription : mercredi 09 novembre 2011, 11:58

Message par Herzet »

Raymond > Merci pour ce retour constructif et pour ton analyse pertinente de l'appontage du Falcon.

Le Rafale ne casse pas son train, tout simplement parce que le Falcon se vautrait plus tard. On trouvait l'effet répétitif ? Et pour le choix de l'atterrissage plutôt que celui de l'éjection, après débat avec Eric, l'idée était de montrer que (même si dans la réalité les occupants se seraient probablement éjectés) TNT est un pilote hors du commun.

Et je suis entièrement d'accord avec toi : les occupants du Falcon auraient pu être un peu moins frais à leur descente de l'avion.

En guise de carte de voeux, un ex-libris que vous avez peut-être déjà vue si vous avez acheté la BD à la Fnac :

Image
JYB
Messages : 4357
Inscription : samedi 23 octobre 2004, 22:23
Localisation : Bretagne
Contact :

Message par JYB »

Herzet a écrit :JYB > Il n'y a aucun doute à lever, je n'ai rien voulu dire d'autre que ce j'ai écrit, à savoir : l'originalité est une notion relative ("...") et espérer en faire preuve (?) n'en est pas forcément la garantie.
Réponse encore un peu alambiquée par rapport à la question posée. En particulier, j'avais demandé de ne pas mettre de point d'interrogation trompeur dans ta phrase, et il y en a encore un... Passons.
Herzet a écrit :je n'ai jamais prétendu être plus original qu'un autre, nous caressions l'espoir d'avoir conçu quelques plots qui auraient pu l'être (nous savons maintenant qu'au moins un ne l'est pas tout à fait)
Ah, ça c'est un peu moins flou. Encore qu'un "plot", personnellement, je ne sais pas ce que c'est... J'ai pourtant une batterie de dictionnaires chez moi, dont le Robert en 9 volumes. Donc, j'avance en aveugle, supposant simplement, selon le contexte, qu'un "plot" est une idée, une scène ?
Donc, quand tu dis "Nous savons maintenant qu'au moins un (plot) ne l'est pas tout à fait (original)", je traduis : "nous savons maintenant que la scène des avions agricoles transformés en arme chimique n'est pas tout à fait originale" (ai-je bien traduit ?). Donc, pour t'avoir informé, merci qui ? Merci JYB !
Cela dit, tu fais dans l'euphémisme. A ta place, j'aurais écrit "pas du tout originale". Mais bon...
Eh bien non, ce n'est pas "au moins" une scène, c'est : au moins deux ! En effet, parmi les autres scènes prétendument originales que tu as citées et figurant dans Centaures, il y a aussi : "le triangle narratif Marine/DGSE/AA." Précisions pour les lecteurs du forum qui ne seraient pas au parfum : DGSE, c'est le sigle des Services de renseignement extérieurs français. Et AA, c'est bien sûr l'Armée de l'air.
Eh bien, allons-y de quelques exemples de collaboration Marine/DGSE/Armée de l'air dans des BD passées, preuves à l'appui, sachant ou comprenant que tu ne disposes pas des albums chez toi.

Prisonniers des Serbes, série Tanguy & Laverdure, scénario Jean-Claude Laidin, dessins Yvan Fernandez, éditeur Dargaud, 2002.
Planche 31, les services secrets sont dans le coup (en ex-Yougoslavie) :
Image
Planche 41, accompagné d'avions de l'Armée de l'air française, Tanguy (pilote de l'AA) ramène un Antonov 2 sur le pont du porte-avions Foch (aéronavale française) :
Image

"Black Cat", série Missions Kimono, scénario JYB, dessins Francis Nicole, éditeur JYB, 2004.
Planche 41 se déroulant en Afrique orientale après l'enlèvement d'otages français (la planche est petite et illlisible, mais vois plus loin) :
Image
Gros plan sur la deuxième vignette de cette même planche, avec la mention DGSE dans le texte :
Image
Gros plan sur le dernier strip de cette même planche, avec un Mirage 2000 de l'Armée de l'air s'apprêtant à décoller de Djibouti :
Image
Strip de la planche 43, avec des Super Etendard et des Rafale de l'Aéronavale française quittant le porte-avions Charles de Gaulle et partant pour participer à la mission de sauvetage des otages :
Image

Tiger, série Missions Kimono (mêmes auteurs que ci-dessus).
Planche 36 (même image qu'un post antérieur, car c'est la même enquête des pilotes de l'Aéronavale et de l'Armée de l'air, avec un officier de Renseignement qui mène l'enquête) :
Image
Planche 44 : participation commune Armée de l'air et Aéronavale pour abattre un ennemi :
Image

La nuit du Caracal, série Missions Kimono (mêmes auteurs que précédemment).
Le président de la République française met au point une mission importante qui va être menée en Arakistan (pays fictif) avec la DGSE (non citée, mais c'est obligatoirement avec elle) et ses commandos secrets (ceux-là, on les voit en action dans la BD). Extrait de la planche 6 :
Image
A la fin de l?album, une image résume la coopération Marine/Armée de l'air dans cette vaste opération (extrait de la planche 45, avec un avion C-135 de l'AA et un Super Etendard de l'Aéronavale) :
Image

Une aventure de Tanguy & Laverdure, ce n?est pas rien?
Et trois aventures de la série Missions Kimono : encore elle ! Décidément... Incontournable !
Dernière modification par JYB le mercredi 28 décembre 2011, 1:08, modifié 2 fois.
JYB
Messages : 4357
Inscription : samedi 23 octobre 2004, 22:23
Localisation : Bretagne
Contact :

Message par JYB »

Herzet a écrit :
Nemo a écrit : Sérieusement, le tout a réellement été « validé » par des pilotes militaires ?
N'en jetez plus ! Là, ça devient carrément vexant. (j'ai demandé dans mon entourage pour voir si mon impression était recevable... à l'unanimité
Je repose la question de Nemo, et tu vas pouvoir réinterroger ton entourage : le tout a-t-il réellement été "validé" par des pilotes militaires ?
En effet, planche 1 de Centaures, on voit un beau déroulé de la ville de Toulon, avec des vues de rues et du port qu'on reconnaît bien. Dans une image, un homme sort par une grande grille et le texte récitatif de la case précise : "Base aéronavale". Les pilotes militaires (et parmi eux, des gens de l'Aéronavale) qui ont relu la BD pour corrections, savent-ils qu'IL N'Y A PAS DE BASE AERONAVALE à Toulon...?
Avatar de l’utilisateur
pierre
Messages : 721
Inscription : samedi 28 décembre 2002, 11:21
Localisation : Paris

Message par pierre »

JYB a écrit :
Herzet a écrit :
Nemo a écrit : Sérieusement, le tout a réellement été « validé » par des pilotes militaires ?
N'en jetez plus ! Là, ça devient carrément vexant. (j'ai demandé dans mon entourage pour voir si mon impression était recevable... à l'unanimité
Je repose la question de Nemo, et tu vas pouvoir réinterroger ton entourage : le tout a-t-il réellement été "validé" par des pilotes militaires ?
En effet, planche 1 de Centaures, on voit un beau déroulé de la ville de Toulon, avec des vues de rues et du port qu'on reconnaît bien. Dans une image, un homme sort par une grande grille et le texte récitatif de la case précise : "Base aéronavale". Les pilotes militaires (et parmi eux, des gens de l'Aéronavale) qui ont relu la BD pour corrections, savent-ils qu'IL N'Y A PAS DE BASE AERONAVALE à Toulon...?
Si je puis me permettre :
A titre personnel, je recherche un scénario plausible et non véridique ou historique. Par conséquent une base aéronavale à Toulon ne me pose pas de problème.
JYB
Messages : 4357
Inscription : samedi 23 octobre 2004, 22:23
Localisation : Bretagne
Contact :

Message par JYB »

pierre a écrit :Si je puis me permettre :
A titre personnel, je recherche un scénario plausible et non véridique ou historique. Par conséquent une base aéronavale à Toulon ne me pose pas de problème.
Euh? Redis-le nous sans rire ? Pour que la présence d?une base aéronavale soit plausible à Toulon, il faudrait surtout qu?elle ne soit pas située DANS la ville, comme le montre très clairement la planche 1 de Centaures. Où as-tu vu une base aéronavale, ou n'importe quelle base ou n'importe quel aéroport ou aérodrome, implantés en plein coeur d'une grande ville, dans le centre historique ? La base aéronavale de Brest s?appelle Landivisiau, à 25 km de Brest (Brest est à la côte Atlantique ce qu'est Toulon à la côte méditerranéenne). La base aéronavale de Lorient est à Lann-Bihoué, à 8 km à vol d?oiseau. L?ex-base aéronavale de Nîmes ("ex", car elle a fermé ses portes l?année dernière) se trouve à une vingtaine de kilomètres de la ville, pas au pied des arènes !
La "base aéronavale de Toulon" existe pourtant bien : elle se situe en fait à Hyères-Le Palyvestre, à une bonne vingtaine de kilomètres à l'est de Toulon (c'est aussi l'aéroport civil de Toulon, car la plate-forme du Palyvestre est à la fois civile et militaire). Donc, je repose la question de Nemo : "Sérieusement, le tout a réellement été "validé" par des pilotes militaires ?"
Avatar de l’utilisateur
Skywalker
Messages : 323
Inscription : vendredi 20 octobre 2006, 15:24
Localisation : Là où il fait beau environ 300 jours par an

Message par Skywalker »

Il y avait également une BAN en face de Toulon, sur la presqu'ile de St-Mandrier, en bord de plage, mais c'était la base d'affectation des Hélicos de la Région Maritime Méditerranée.

On pourrait également parler de celle de St-Raphael située à la sortie de la ville, également en bord de mer, mais fermée depuis pas mal de temps.

Et il y a enfin celle de Cuers, située dans la plaine de Pierrefeu du Var, on y trouve l'A.I.A pour la maintenance des Bréguet Atlantic et Atlantique-2.

Pour les aéroports civils, il y en a au moins 2 à l'étranger : à Berlin et à Londres.
Que la force soit avec vous...
Avatar de l’utilisateur
Nemo
Messages : 215
Inscription : mardi 26 décembre 2006, 19:09

Message par Nemo »

Je crois qu'en la matière, JYB nous prouve une nouvelle fois qu'il est un perfectionniste soucieux du point de détail et de l'exacte reproduction de la réalité.
Il nous l'avait d'ailleurs déjà démontré dans un des tous premiers volumes des missions Kimonos (je ne sais plus lequel, je ne les ai pas sous les yeux en ce moment) où il était indiqué qu'une scène avait été redessinée complètement car un de ses conseillers techniques lui avait signalé que la procédure employée suite à une panne n'était pas adéquate (de mémoire, je crois que les deux scènes étaient "disponibles" dans l'album).

Et c'est ça que j'aime dans la BD aéro.

Nemo
JYB
Messages : 4357
Inscription : samedi 23 octobre 2004, 22:23
Localisation : Bretagne
Contact :

Message par JYB »

Nemo a écrit :Je crois qu'en la matière, JYB nous prouve une nouvelle fois qu'il est un perfectionniste soucieux du point de détail et de l'exacte reproduction de la réalité.
Je ne m'en vanterai pas personnellement car nul n'est infaillible.
Nemo a écrit :Il nous l'avait d'ailleurs déjà démontré dans un des tous premiers volumes des missions Kimonos (je ne sais plus lequel, je ne les ai pas sous les yeux en ce moment) où il était indiqué qu'une scène avait été redessinée complètement car un de ses conseillers techniques lui avait signalé que la procédure employée suite à une panne n'était pas adéquate (de mémoire, je crois que les deux scènes étaient "disponibles" dans l'album).
C'est dans le tome 1. Un pilote de Super Etendard, ancien "pacha" de la flottille 11F, qui m'avait déjà bien tuyauté pour la préparation de ce récit, avait relu les planches et apporté diverses corrections (très minimes) ; dans la scène dont tu parles, en deux images, apparaissait un détail dans le dessin et dans une bulle. Ce fut la principale correction à apporter, mais ça n'a pas été grand chose à corriger - et ce n'était pas grand chose tout court ; 99,9% des lecteurs ne l'auraient pas remarqué.
Le récit a paru dans le journal de Tintin en 1988. Et 4 ans plus tard, un événement réel est arrivé, racontant exactement la même mission, avec les mêmes avions de la 11F et les mêmes éléments. Même une péripétie que j'avais imaginée, liée au sujet du récit, s'était reproduite en vrai. Un ami m'avait dit après coup : "On dirait que les pilotes ont lu ta BD...!"
Effectivement, dans l'album qui manquait un peu de matière, on a comblé une page blanche en publiant les dessins tels qu'ils étaient avant correction.
Avatar de l’utilisateur
Raymond
Messages : 1794
Inscription : mardi 08 août 2006, 9:40
Localisation : Sebourg (59)
Contact :

Message par Raymond »

On peut aussi citer la scène finale du tome 8 "Tiger" où, dans une première mouture on voyait un magnifique dégagement du Mirage de "Stutch" aprés le tir du "Super 530", dégagement superbement dessiné par Francis Nicole, mais qu'il a fallu abandonner, sur le conseil de "@ns", moniteur simu de Cambrai, car en fait le Mirage 2000 RDI S5 se doit de continuer à illuminer sa cible pour guider le missile !

Nous y avons perdu une belle image, mais gagné en réalisme !

Raymond
Herzet
Messages : 40
Inscription : mercredi 09 novembre 2011, 11:58

Message par Herzet »

Nemo a écrit : Et c'est ça que j'aime dans la BD aéro.
Et c'est en partie à cause de ça que la chronique de Planète BD n'était pas très favorable.

Emmanuel
http://www.centaures-bd.com/
Herzet
Messages : 40
Inscription : mercredi 09 novembre 2011, 11:58

Message par Herzet »

Monsieur JYB,
C?est surréaliste cet acharnement à démolir des mois de travail pour mettre habilement en avant le vôtre avec ce ton sarcastique, condescendant et moralisateur, cette façon de s?engouffrer dans la brèche ouverte par un autre, ces airs de faux candide qui fait croire qu?il n?a pas compris que je n?ajoutais pas encore des guillemets et des points d?interrogation mais que je les expliquais, cette espèce de jubilation carnassière malsaine, ce ton péremptoire? Quel étrange spectacle? presque burlesque.
Donc, j?ai pleinement conscience d?avoir commis un crime de lèse-majesté en osant dire sur ce forum que je n?avais jamais lu les Kimonos. J?ai la nette impression que cela vous a violemment vexé. J?ai à ce moment-là parlé de goûts personnels : je rentre dans une librairie, j?ouvre une BD, je la feuillette mais au premier contact l?alchimie ne fonctionne pas, je repose la BD. Je pense que 100% des lecteurs font comme ça. Mais contrairement à vous, à aucun moment, je ne me suis permis de dénigrer votre travail ou celui de votre collègue, de vous manquer de respect ou de me livrer à des attaques personnelles peu courtoises. Rien ne vous autorise à le faire avec moi.
Mieux. Ne perdez plus votre temps et votre énergie, j?ai compris le message : Kimonos est nettement supérieur à Centaures. J?avais bien senti dès vos premiers posts que la messe était dite avant même la sortie de cette outrecuidante BD.
Ne perdez plus votre temps et votre énergie, vous ne me pousserez pas à la faute à votre égard.
Ne perdez plus votre temps et votre énergie car je ne lirai plus, ni ne répondrai à vos posts sur ce sujet du forum. Vous avez bien lu, ce n?était pas flou ?
Encore mieux, faites-vous plaisir ! Fermez ce sujet qui vous énerve bien plus que de raison pour que ce ne soit uniquement votre érudition aéronautique qui parle. Mais non, vous ne le ferez pas : le jeu des cents erreurs, c?est tellement gai. Dans la foulée, rayez-moi des membres de ce forum. Je poursuivrai en invité.
Là-dessus, je retourne jouer à Mille Bornes avec les petits, c?est la réédition avec les véhicules Tintin. De toute beauté.

Emmanuel
http://www.centaures-bd.com/

Arsenal, pas base aéronavale. Où avais-je la tête ? Un endroit où on stocke des armes. Non, où on fabrique des bateaux? pour 90% des gens gravement floués sur la qualité.
Avatar de l’utilisateur
Baptiste
Messages : 356
Inscription : mercredi 09 mars 2005, 10:28
Localisation : Belgique

Message par Baptiste »

Houla, pas de trève de Noël sur Aéroplanète, on dirait!

Sans vouloir en rajouter dans une discussion qui me semble un peu tourner à l'aigre, je me permets un avis sur les questions abordées, tout en précisant que je n'ai pas (encore) lu Centaures en-dehors des premières planches vues sur le site, donc je ne me prononcerai pas sur l'album lui-même.

On a dans l'échange ci-dessus que j'ai lu avec intérêt différents sujets potentiellement explosifs quand on parle de BD d'aventure aéronautique, surtout quand on les met ensemble: la question de l'originalité (et en creux, du plagiat), et la question du réalisme.

Il me semble que les deux questions sont liées, et constituent un casse-tête pour scénariste. Dans une certaine mesure, l'originalité s'oppose en quelque sorte au réalisme: soit on fait quelque chose de très documenté et très précis, limite documentaire, mais qui apparaîtra difficilement comme original (tout le monde faisant référence aux mêmes procédures, institutions, organismes, scénarios de crise, etc.); soit on essaie de construire quelque chose qui se démarque au risque de se faire allumer par les amateurs de réalisme hardcore qui regretteront toujours (légitimement, de leur point de vue) certains arrangements avec la réalité.

Je suppose que chaque scénariste de BD aéronautique s'arrange comme il peut entre ces contraintes contradictoires, qui sont également économiques (l'album doit se vendre et ne doit pas satisfaire uniquement ceux qui ont été 20 ans pilotes de chasse dans l'aéronavale, mais doit aussi ne pas attirer leur critique car une appréciation positive de leur part est vu par un certain nombre de lecteurs ?même non spécialistes? comme un gage de qualité). Mais dans tous les cas, il me semble que ce qui doit primer est ce qu'il (elle) veut offrir au lecteur.

A titre personnel, comme quelqu'un d'autre l'a dit plus haut, je préfère la vraisemblance au réalisme. Quand je lis une BD d'aviation, c'est par divertissement, plaisir, souhait d'évasion, coup de c?ur pour le dessin ou que sais-je, pas pour réviser les procédures de panne ?que je ne connais pas? en vigueur dans telle ou telle arme. L'évocation de ces procédures et de l'univers de référence réel sont des choses importantes pour l'immersion dans l'univers fictionnel et la crédibilisation de celui-ci, mais en aucun cas ces dimensions ne doivent prendre le pas sur une histoire intéressante. (Ceci étant dit avec tout le respect que je dois à l'important travail des auteurs qui se documentent sur ces aspects réels.) Ces procédures sont là en quelque sorte pour être contournées: ce qui fait l'intérêt d'une BD d'aventures est pour moi ce qui arrive au héros dans un cadre donné et comment il va en sortir, pas s'il connaît bien le manuel. Le héros parfait qui respecte la procédure est peu intéressant, le héros lâche ou casse-cou l'est beaucoup plus, narrativement. Après tout, c'est exactement ce que font de grands scénaristes comme Jean-Michel Charlier, alliant un cadre réaliste et une géniale capacité à le faire éclater et à en sortir pour créer une vraie aventure intéressante. Comme je pense l'avoir déjà dit sur Aéroplanète, si Buck Danny devait se limiter à un documentaire réaliste sur la vie des pilotes de la Navy, ce serait assez plat, surtout que Buck serait interdit de vol depuis longtemps! :wink:

Dans ce cadre, je suis toujours ennuyé par le souci de "validation" de telle ou telle séquence par l'Armée de l'Air, par des pilotes actuels ou anciens, par le général Machin... Qu'entend-on par "valider"? Je pense que si c'est savoir si ça se passe comme cela en réalité, cela a relativement peu de sens dans une BD d'aventures dans la mesure où justement l'aventure prétend dépasser la réalité quotidienne. Comme la fiction n'est pas la réalité, la réalité ne pourra jamais la "valider". S'il s'agit de savoir si c'est vaguement crédible quoiqu'un peu "tiré par les cheveux", pourquoi pas: s'assurer qu'on n'est pas totalement dans la science-fiction est nécessaire au bon fonctionnement du genre. Exemple cité ci-dessus: il est clair qu'il existe probablement des tas normes tendant à décourager un commandant de porte-avions d'accueillir un avion non prévu pour cela. Maintenant, un avion pas trop gros pourrait-il essayer d'apponter? Oui, et cela s'est même déjà vu (par exemple lors de la chute de Saïgon où tout ce qui volait a tenté de rejoindre les porte-avions US). Dès lors, pourquoi les auteurs s'en priveraient-ils?
Dernière modification par Baptiste le mercredi 28 décembre 2011, 22:36, modifié 3 fois.
Baptiste,vieux nouveau
Avatar de l’utilisateur
Baptiste
Messages : 356
Inscription : mercredi 09 mars 2005, 10:28
Localisation : Belgique

Message par Baptiste »

JYB a écrit :Dans une image, un homme sort par une grande grille et le texte récitatif de la case précise : "Base aéronavale". Les pilotes militaires (et parmi eux, des gens de l'Aéronavale) qui ont relu la BD pour corrections, savent-ils qu'IL N'Y A PAS DE BASE AERONAVALE à Toulon...?
Juste pour pétroler un peu, c'est pourtant en ces termes que la Marine fait la pub des visites qu'elle organise sur place, ou que Matignon communique sur les déplacements du Premier Ministre! :wink:

http://www.defense.gouv.fr/marine/au-fi ... etit-train
http://www.gouvernement.fr/presse/le-pr ... te-surcouf

Je reconnais que dans le dernier cas, il se pose hors de Toulon. Mais je veux dire, avec ces exemples, que cela me semble être plus une question d'habitudes de langage que de manque de crédibilité. Surtout que dans la planche en question, rien ne dit que nous sommes au centre: la jeune dame en voiture peut avoir fait quelques km...
Dernière modification par Baptiste le mercredi 28 décembre 2011, 22:33, modifié 1 fois.
Baptiste,vieux nouveau
Avatar de l’utilisateur
Baptiste
Messages : 356
Inscription : mercredi 09 mars 2005, 10:28
Localisation : Belgique

Message par Baptiste »

Précision linguistique pour JYB: en analyse du récit, le plot est un terme anglais généralement employé pour désigner le n?ud de l'intrigue (la complication qui implique la nécessité de trouver un dénouement). Je ne sais pas si c'est exactement en ce sens que le terme est également employé dans les milieux scénaristiques (je l'ai déjà vu employé comme plus ou moins synonyme de sinopsis ou même de l'anglicisme "pitch"), mais cela me semble cohérent avec l'emploi qu'en fait Herzet. Je pense que l'idée est plus "générale" ou plus abstraite que la "scène" elle-même, qui est déjà une façon particulière de l'utiliser et de la mettre en images.
Baptiste,vieux nouveau
JYB
Messages : 4357
Inscription : samedi 23 octobre 2004, 22:23
Localisation : Bretagne
Contact :

Message par JYB »

A Emmanuel :
Je fais amende honorable. En effet, je n'aurais pas dû parler, sur ce topic consacré à Centaures, d'une certaine série BD racontant les Missions de pilotes de l'Aéronavale, dont le titre comporte un mot commençant par un K et finissant par un O. Je ne le ferai plus. Je vais aussi gronder durement, par MP, les membres du forum qui en ont parlé ici-même.
Tu déplores aussi que, pour faire de l'autopromotion, je m'"engouffre dans la brèche ouverte par un autre". Partiellement faux. J'ai été le premier, et tu le sais très bien, à critiquer le slogan de la communication du Lombard, ton éditeur, qui disait de Centaures : "Après Buck Danny et Dan Cooper, voici LA nouvelle série d'aviation réaliste en BD" (voir mon post du 20 avril dernier). Je dénonçai alors le silence fait sur plusieurs séries d'aviation, comme Team Rafale, Tanguy & Laverdure - et celle que tu ne veux plus que je cite. Et surtout, j'avais parlé au nom des autres séries que Danny et Cooper - et parfois pas des moindres, comme Tanguy - en les citant, et pas particulièrement pour ma promotion à moi - mais je n'allais pas faire que de la pub pour les copains tout le temps.
Mais revenons au principal : Nemo a demandé si, "sérieusement", des pilotes ont validé Centaures. Car il y a une grosse contradiction : la campagne de com' autour de cet album (voir les liens que tu as insérés ici), et tes propres dires sur différents supports, font bien comprendre que Centaures doit être costaud au niveau de la documentation. Je te cite (extrait d'Auracan) : "Une série d?aviation moderne, réaliste et très documentée". Je cite une réponse d'Eric Loutte (sur Graphivore) : "Nous avons également eu la chance que l'Etat-major accepte de relire le scénario et d'y apporter son aval." "Apporter son aval", c'est en quelque sorte "valider", un verbe qui font se hérisser les poils de quelques-uns. Je cite le site du Sirpa-Marine (article repris dans Cols Bleus, la revue officielle de la Marine nationale), qui dit bien que des pilotes et des spécialistes ont lu et relu les planches : "En spécialiste averti, épaulé par son adjoint le pilote Guillaume Jacob dit «Enzo», le commandant Fabre va ainsi «valider» toutes les planches à la manière d?un consultant technique. «C?était essentiellement des détails de phraséologie, ainsi que quelques points très techniques qui parleront aux véritables amateurs d?aviation. Car on a voulu être réaliste, vraisemblable et pointilleux pour les spécialistes tout en s?intéressant au plus grand nombre». Intrigue, dessin, dialogues, situations, séquences aéronautiques, tout a donc été pensé dans le moindre détail." Je n'invente pas : "Le commandant Fabre a "validé"" et : "On a voulu être réaliste, vraisemblable et pointilleux".
Donc, que les lecteurs et membres du forum soient d'accord ou non, qu'ils s'en offusquent ou non, que tu changes ton fusil d'épaule depuis quelques jours pour dire que "ce n'est qu'une BD après tout", il n'empêche que Centaures a bien été validé par d'éminents spécialistes, et que la série a été "vendue" sur son réalisme. Contrairement à ce que tu crois, je n'ai rien contre toi personnellement ni contre la série ; mais je suis contre le procédé qui consiste à faire croire au bon peuple que la série est très documentée et réaliste ; ce procédé est une tromperie et une forme de mépris envers les lecteurs.
Même s?il ne s?agit que d?une bévue anodine, quand le scénariste écrit base « aéronavale » en parlant d'un endroit DANS Toulon, quand le dessinateur retranscrit dans son texte base « aéronavale » et quand, enfin, à la relecture, on ne relève pas cette maladresse, on peut avoir quelques doutes sur le prétendu contrôle par des spécialistes ! Pour l'anecdote : dans la réalité, il faut le savoir, il est écrit sur la grille base "navale" de Toulon (et pas "Arsenal" comme tu l?as dit plus haut, terme parfois utilisé et qui date de la marine "en bois"). Grosse différence : une base "aéronavale" accueille des aéronefs, et seulement des aéronefs ; et dans une base "navale", des bateaux s'amarrent, pas des avions ! Si l'erreur avait été relevée, il aurait suffi d'une toute petite modification de rien du tout : changer UN mot dans un texte qui n'en comporte que deux ! C?est d?ailleurs une gymnastique qui se pratique parfois grâce à ce forum (tout récemment, Francis Winisdoerffer peut en témoigner : voir le topic Cobra Noir du sujet Buck Danny).
J'en tire la conclusion que le reste de la BD n'a pas été davantage suivi ni relu ni corrigé. Et donc que tu ne peux pas faire miroiter la précision de sa documentation. D'où l'interrogation justifiée de Nemo...
Si tu avouais qu'en tant que scénariste, tu as imaginé des situations et des péripéties non réalistes, je comprendrais que c'est un choix éditorial, et je ne dirais rien. Est-ce que tu vois l'importante nuance ? Fred Zumbiehl, scénariste de Team Rafale et de Rafale Leader (entre autres...), est lui aussi membre du forum ; quand certains avaient relevé quelque inexactitude supposée dans son dernier album, il avait répliqué ici en disant (je résume sa pensée) que c'est du spectaculaire pour le grand public, et en gros qu'il assume les éventuelles approximations. OK, c'est un choix. Et donc, dans Centaures, un Rafale qui atterrit sur une plage comme une fleur, pourquoi pas ? Le même qui, juste avant de décoller en mission, roule réacteurs éteints, pourquoi pas ? Un Falcon 10 qui apponte, pourquoi pas ? De deux choses l?une : soit on affirme avoir voulu être réaliste, soit on reconnaît prendre volontairement quelques libertés, mais pas les deux à la fois.
Répondre