Herzet et Loutte - Centaures

Pour toutes les discussions sur les autres BDs aéronautiques...
Avatar de l’utilisateur
Deltafan
Messages : 1360
Inscription : lundi 01 décembre 2003, 22:42

Message par Deltafan » jeudi 29 décembre 2011, 22:47

Euh, j'ai raté un épisode, le titre c'est : cent torts ou sans tort ? :mrgreen:

Arf, bon, quoi qu'il en soit j'achèterai à mon prochain passage en France, fin janvier ou fin février, histoire de vérifier par moi-même. Je relirai toute la prose ici après, histoire de ne pas tout savoir avant d'avoir lu la première page :wink:

Arf (bis), sinon, quand je ferai ma bande-dessinée à moi tout seul (oui, je sais, faudrait d'abord que je sache dessiner, ce qui me laisse de la marge avant de commencer :lol:), je prendrai un univers genre le dessin animé les ailes d'Honéamise, comme ça il n'y a que moi qui connaîtrai les procédures, les villes, les avions (le premier qui dira qu'il y en a un qui ressemble à un avion Payen aura un bon point et un supplémentaire pour chaque morceau d'autre avion, genre Dog fights, qu'il trouvera. Au bout de 5, il aura une image, au bout de 100, une photo dédicacée). Le seul truc qui m'embête, c'est qu'il y aura des gentils et des méchants et que les gentils gagneront à la fin. Ca va quand même me faire au moins quelques millions de plagiats... :cry:


Et euh, tapez pas trop fort, c'est pour rire :D

JYB
Messages : 4182
Inscription : samedi 23 octobre 2004, 22:23
Localisation : Bretagne
Contact :

Message par JYB » vendredi 30 décembre 2011, 1:18

rob1bureau a écrit :Et surtout, j'aimerais qu'entre passionnés sur un forum dédié, on soit plus constructifs.
Tout ceci est constructif (et instructif) : maintenant, on sait faire la différence entre une base aéronavale et une base navale.
Et dans la prochaine (éventuelle) réimpression de l'album, l'éditeur va pouvoir corriger une erreur. Merci le forum !

Avatar de l’utilisateur
yoyo
Messages : 315
Inscription : vendredi 12 octobre 2007, 22:04

Message par yoyo » vendredi 30 décembre 2011, 23:42

Je ne rentrerai pas dans ce débat qui dure depuis des jours et qui sincèrement m'exaspere.

Je dirai juste que ce 1er tome n'est pas évident: que tout se passe peut etre un peu trop vite et que l'on a pas forcement tout compris en arrivant a la dernière page ( ou alors je suis completement idiot :lol: ).
Graphiquement, c'est tres joli et l'on en prend plein les yeux. Le Rafale est superbement mis en valeur et les filles....tres belles.
Pour revenir a l'histoire, j'ai trouvé qu'en l'espace d'un tome, trop de personnages se présentaient a nous sans qu'on est forcement le temps de comprendre qui est qui et....qui fait quoi. C'est, je pense, l'éternel problème d'un tome 1 non? Arriver a tout mettre en place tout en restant clair.

Malgré tout, je resterai curieux quand a la suite de cette BD et me laisserai peut etre tenter par le tome 2 si celui ci est....plus structuré.

Bonne continuation en tout cas.

Avatar de l’utilisateur
Raymond
Messages : 1794
Inscription : mardi 08 août 2006, 9:40
Localisation : Sebourg (59)
Contact :

Message par Raymond » samedi 31 décembre 2011, 15:58

yoyo a écrit :Je ne rentrerai pas dans ce débat qui dure depuis des jours et qui sincèrement m'exaspere.

Je dirai juste que ce 1er tome n'est pas évident: que tout se passe peut etre un peu trop vite et que l'on a pas forcement tout compris en arrivant a la dernière page ( ou alors je suis completement idiot :lol: ).
(......)
Pour revenir a l'histoire, j'ai trouvé qu'en l'espace d'un tome, trop de personnages se présentaient a nous sans qu'on est forcement le temps de comprendre qui est qui et....qui fait quoi. C'est, je pense, l'éternel problème d'un tome 1 non? Arriver a tout mettre en place tout en restant clair.

Bonne continuation en tout cas.
Tu rejoints dans un certain sens l'opinion que j'avais exprimée précédemment concernant les personnages, peut être mieux présentée !

Raymond

Avatar de l’utilisateur
Sony Tuckson
Messages : 336
Inscription : vendredi 20 février 2004, 21:53
Localisation : BXL
Contact :

Message par Sony Tuckson » samedi 31 décembre 2011, 17:03

Lu enfin!

Pas déçu, je crie pas au génie, mais bonne BD aéronautique avec ses incohérences, certes, mais bon....

Bonne lecture, impatient d'avoir une suite
Jeepee

Avatar de l’utilisateur
yoyo
Messages : 315
Inscription : vendredi 12 octobre 2007, 22:04

Message par yoyo » samedi 31 décembre 2011, 17:57

La BD en elle même remplie son contrat, on s'ennuie pas une seconde. D'où ma curiosité pour le tome 2 ( et j'espere que l'on continuera d'avoir les news en exclu :-) ).
En tout cas, bon courage pour la suite.

Schniarfeur
Messages : 2
Inscription : samedi 14 janvier 2012, 11:43

Message par Schniarfeur » samedi 14 janvier 2012, 11:48

Un autre article sur Centaures sur le site Culturebox de France Télévisions :
http://www.francetv.fr/culturebox/bd-ce ... fale-75393

Avatar de l’utilisateur
Raymond
Messages : 1794
Inscription : mardi 08 août 2006, 9:40
Localisation : Sebourg (59)
Contact :

Message par Raymond » samedi 14 janvier 2012, 13:52

Schniarfeur a écrit :Un autre article sur Centaures sur le site Culturebox de France Télévisions :
http://www.francetv.fr/culturebox/bd-ce ... fale-75393
Je viens de lire cet article qui reprend, entre autre, comme seule critique, la discussion sur l'existence ou non d'une "base aéronavale à Toulon" , critique ne "remettant pas en cause le rythme du récit"(sic) !
Critique entre nous que je ne cautionne pas totalement, n'étant pas spécialiste de la chose, pas plus que ma propre remarque sur la piste "2" qui n'était, en fait, qu'une anecdote pour amuser la galerie.

Or, justement, aprés maintes relectures, la principale critique que je pourrais apporter, c'est qu'il n'y a pas de récit au sens propre du terme !
Ce n'est que le premier opus d'un scénario qui est censé se dérouler au moins sur deux albums, OK ! Je veux bien l'admettre.

Mais qu'y trouve t'on ?
En fait une juxtaposition de courts récits, concernant des acteurs différents, n'ayant aucun points communs entre eux (à première vue), la trame générale tournant autour de ce "supposé" coup d'êtat !
Mais pas de ligne générale servant de fil d'Ariane pour la lecture de cet album ......

Je me suis permis de replonger dans toutes les BDs du genre, et à chaque fois, le premier tome consistait plutot à faire connaissance avec les vrais héros de la série, et le vrai contexte dans lequel ils allaient évoluer.

Même chose dans des séries célébres qui ne sont pas aéronautiques, mais classiques, anciennes ou récentes !

Or là, je regrette de le dire, mais je ne sais toujours pas qui est (ou sera) le véritable héros qui servira de point central à cette série, encore moins qui va intervenir, et à quel niveau par rapport à ce coup d'êtat qu'on voit se dessiner ?
On peut croire le deviner, mais rien n'est moins sur.
On passe de gens qui préparent leurs vacances, à la découverte d'un équipage de plaisance qui ressemble plus à un groupe d'espion, à l'attaque d'un aérodrome d'où peuvent s'échapper les deux membres de l'équipage d'un rafale, à une scène intime de gens dont on ignore tout, suivie du récit d'un accident de Canadair et du calvaire de cet autre pilote, pour finir par l'appontage risqué du Falcon sur le CDG, et la mort d'un des rescapés de l'attaque du début.

Le tout faisant des plus décousus !

Nous aurions eu affaire à un tome 3 ou 4, j'aurais compris qu'il me fallait lire les épisodes précédents, mais là ?
Où sont les épisodes précédents ?......
On a franchement l'impression d'avoir loupé un ou deux épisodes .....

Raymond

Chris
Messages : 7
Inscription : vendredi 04 juin 2010, 13:07
Localisation : Lyon
Contact :

lecture de Centaures

Message par Chris » mardi 17 janvier 2012, 8:27

Bonne BD aéro avec un Eric Loutte en pleine forme qui nous donne des dessins superbes, j'adore !

Le scénario n'est pas facile à suivre mais comme c'est prévu en plusieurs tomes, ce sera peut être plus clair par la suite ?

Merci pour les bonus en fin de BD et j'attends le tome 2 mais c'est pour quand ?

Avatar de l’utilisateur
Baptiste
Messages : 356
Inscription : mercredi 09 mars 2005, 10:28
Localisation : Belgique

Re: lecture de Centaures

Message par Baptiste » mardi 17 janvier 2012, 21:26

De retour, après avoir (enfin!) lu l'album... :wink:

Mon avis rejoins ceux qui ont été exprimés ici, en positif comme en négatif.

Dans l'ensemble, c'est une BD que j'ai plutôt aimé: c'est un bon divertissement, efficace et relativement bien ficelé. Mais qui amène plusieurs remarques.

Premièrement, les dessins sont superbes. C'est selon moi un des grands atouts de la série: Loutte est au sommet de son art, et propose quelque chose de très bonne facture. Autant j'ai parfois trouvé par le passé un côté parfois un peu "figé" à son dessin (notamment dans les premiers Biggles qu'il a réalisés), autant ici je trouve qu'il fait quelque chose de très bien balancé, et comme d'habitude très précis. On en prend plein la vue, et si on aime cela, c'est un régal.

Deuxièmement, le scénario me laisse un peu plus perplexe, mais avec nuances. Au niveau positif, il y a l'idée de développer une situation complexe (notamment sur le plan géopolitique) impliquant des acteurs multiples avec des sous-intrigues. Je salue et j'apprécie l'ambition, qui peut donner un cachet à la série (et affirmer une spécificité par rapport à d'autres séries, à côté de son aspect classique sur d'autres points: le couple d'aviateurs ou le bazar dans une république exotique imaginaire). Le revers de la médaille, c'est que c'est assez complexe, et que parfois on s'y perd un peu, notamment sous deux aspects qui ont été présentés ici par d'autres. Par moments il y a des "raccourcis" un peu rapides comme si on avait oublié une planche. D'autre part, comme le dit Raymond, on a, au stade de ce premier tome, un peu de mal à relier les histoires parallèles. En soi, ce mode de narration ne me dérange pas et change de narrations linéaires plus classiques, et on le retrouve souvent dans différents thrillers géopolitiques (type: Tom Clancy). Maintenant, là où Tom Clancy peut se permettre de jouer avec 50 personnages dans les 1000 pages de Tempête rouge, je me demande dans quelle mesure cela fonctionne bien avec un album de bande dessinée de format classique. Un album, c'est court, et deux albums ce n'est pas tellement plus long (j'ai lu que l'idée était de développer la série sous forme de diptyques): je me demande s'il y a assez d'"espace" pour parvenir à tracer une fresque qui dépasse la juxtaposition de récits parallèles (c'est une question, pas un reproche). Gageons que le tome 2 viendra y mettre de la cohérence, mais en attendant, sur le seul tome 1, ça peut être un peu déroutant. L'idée est peut-être (aussi) d'amener le lecteur à attendre le tome 2 pour voir comment on va débrouiller tout cela, mais je me demande si ce n'est pas quitte ou double: le lecteur chez qui cette stratégie n'aurait pas marché ne risque-t-il pas de "fuir"?

Enfin, sans vouloir relancer une polémique qui nous a occupé il y a peu, je me permets une remarque à froid sur la question du réalisme. Il a été dit que l'album ne serait pas réaliste, et certains ?plus introduits que moi dans le milieu aéro professionnel? se sont étonnés de ce que certaines choses aient pu être "validées" par des membres de l'AA/de la Marine. Je confirme ce que je disais alors: en tant que lecteur naïf et totalement non spécialiste, je n'ai pas été choqué. Je ne sais pas si l'histoire est réaliste, mais en tout cas elle est cohérente et quelque part plausible (aux yeux du non spécialiste que je suis). Cela ne m'a donc pas posé problème. Par contre, ayant réfléchi et échangé sur cette question, cela m'interpelle que l'album soit d'un côté présenté comme "validé" par les pilotes de l'armée, et que de l'autre d'autres pilotes aussi professionnels semblent s'étonner voire se gondoler de certains choix. Sans porter un jugement ici sur le travail des auteurs au niveau de l'album lui-même (pour moi, une BD est un lieu de création, et dans une création on peut tout faire du moment que ce soit bien fait!), je me demande s'il n'y a pas une sorte de cafouillage dans la communication autour de l'album. Annoncer une sorte de validation systématique me semble être un piège dans lequel se serait enfermé l'éditeur lui-même: un tel argument annonce finalement une dimension documentaire, or l'album ne l'est pas (ce n'est son but), même s'il est documenté. Dans ce cadre, on peu comprendre la virulence de certaines critiques formulées plus haut, sur des points qui peuvent apparaître pour d'autres comme étant du détail. Il y a peut-être (toutes proportions gardées) une sorte de "tromperie" non sur la qualité de la marchandise (j'ai aimé l'album), mais sur sa nature (on peut attendre une BD documentaire, et on a une BD d'aventures).

Cela dit, malgré ces critiques, je lirai le tome 2 avec plaisir dans la mesure où je suis curieux de voir comment tout cela sera bouclé. Bon vent aux auteurs!
Baptiste,vieux nouveau

Avatar de l’utilisateur
Raymond
Messages : 1794
Inscription : mardi 08 août 2006, 9:40
Localisation : Sebourg (59)
Contact :

Re: lecture de Centaures

Message par Raymond » mercredi 18 janvier 2012, 9:54

Baptiste a écrit : (.....)
Enfin, sans vouloir relancer une polémique qui nous a occupé il y a peu, je me permets une remarque à froid sur la question du réalisme. Il a été dit que l'album ne serait pas réaliste, et certains ?plus introduits que moi dans le milieu aéro professionnel? se sont étonnés de ce que certaines choses aient pu être "validées" par des membres de l'AA/de la Marine. Je confirme ce que je disais alors: en tant que lecteur naïf et totalement non spécialiste, je n'ai pas été choqué. Je ne sais pas si l'histoire est réaliste, mais en tout cas elle est cohérente et quelque part plausible (aux yeux du non spécialiste que je suis). Cela ne m'a donc pas posé problème. Par contre, ayant réfléchi et échangé sur cette question, cela m'interpelle que l'album soit d'un côté présenté comme "validé" par les pilotes de l'armée, et que de l'autre d'autres pilotes aussi professionnels semblent s'étonner voire se gondoler de certains choix. Sans porter un jugement ici sur le travail des auteurs au niveau de l'album lui-même (pour moi, une BD est un lieu de création, et dans une création on peut tout faire du moment que ce soit bien fait!), je me demande s'il n'y a pas une sorte de cafouillage dans la communication autour de l'album. Annoncer une sorte de validation systématique me semble être un piège dans lequel se serait enfermé l'éditeur lui-même: un tel argument annonce finalement une dimension documentaire, or l'album ne l'est pas (ce n'est son but), même s'il est documenté. Dans ce cadre, on peu comprendre la virulence de certaines critiques formulées plus haut, sur des points qui peuvent apparaître pour d'autres comme étant du détail. Il y a peut-être (toutes proportions gardées) une sorte de "tromperie" non sur la qualité de la marchandise (j'ai aimé l'album), mais sur sa nature (on peut attendre une BD documentaire, et on a une BD d'aventures).
Je crois que beaucoup de gens se trompent en pensant qu'une BD réaliste ne peut qu'être que "documentaire" et ennuyeuse pour le commun des mortels !

Je ne me suis jamais ennuyé en lisant une BD de Buck Danny, et je peux assurer que les premiers albums de Tanguy et Laverdure, sans être parfaits au niveau technique, étaient suffisamment réalistes pour que, plus tard, je ne sois pas dépaysé dans le monde de l'armée de l'air, sans que pour autant ces séries soient ennuyeuses !
Au contraire, encore maintenant je prends un énorme plaisir à les relire et à me marrer des bétises de Laverdure et de Tuckson.

Maintenant je connais une autre série, dont il sera difficile à qui que ce soit de mettre en doute le moindre point au niveau réalisme (j'en ai fait l'expèrience, parfois douloureuse), et dont le scénario reste haletant !
Sur ce dernier point, il est certain que beaucoup de ces scénarios ont nécessité plusieurs tomes pour être développés correctement et rester abordables au lecteur lambda .

Les deux notions ne sont donc pas incompatibles, mais supposent quelques pré-requis dans le PREMIER album de ce qui se veut une future série :
-Une bonne identification des personnages clés, au détriment des secondaires.
-Un point de situation clair avant de plonger dans l'intrigue elle même !

Pour un "one-shot" les conditions peuvent être différentes .....

Baptiste fait référence aux romans de Tom Clancy, hyper-réalistes, hyper-documentés, passionnants, haletants, etc !
Mais Tom Clancy n'hésite pas à faire des romans de 500 à 600 pages, souvents montés en dyptiques, dyptiques s'inscrivant eux mêmes dans des cycles encore plus longs, qui font que l'on devient tellement familier avec les personnages que ce n'est pas difficile à suivre !
Comme dit Baptiste, une BD c'est différent et surtout beaucoup plus court, d'où les conditions que j'ai énoncées plus haut et qui se trouvent respectées dans toutes les séries connues, mais pas dans ce premier opus des "Centaures", ce qui nuit au plaisir de sa découverte et de sa lecture.

Raymond

Avatar de l’utilisateur
Nemo
Messages : 213
Inscription : mardi 26 décembre 2006, 19:09

Message par Nemo » vendredi 20 janvier 2012, 13:53

A la lecture de ces derniers échanges, je crois surtout que l'on confond un peu trop facilement documentation et réalisme.
Que Centaures soit une BD particulièrement documentée, je n'en doute pas un seul instant (la qualité des dessins de Eric Loutte en est une preuve flagrante) : les auteurs ont passé une semaine sur le PA, ont pris des milliers de photos, ont eu accès à quasiment tous les recoins et ont pu poser toutes les questions qu'ils ont voulu. C'est donc sans aucun doute bien une BD documentée... mais manifestement une documentation uniquement visuelle (issue de photos).
Mais l'utilisation massive de documentation ne veut pas dire scénario réaliste pour autant et, n'en déplaise à Emmanuel Herzet et au Lombard malgré ce qu'ils affirment et le message qu'ils essayent de faire passer, le scénario Centaures n'est pas réaliste et encore moins "hyper-réaliste" (il serait plutôt à mon gout... irréaliste).

Et ça me pose effectivement problème que l'on tente de faire passer en force ce genre de message, surtout qu'un lecteur "lambda" qui lit un album aux dessins si bien réalisés s'attend à un scénario à la hauteur des illustrations. Je ne suis d'ailleurs pas le seul, je vous suggère d'aller lire les commentaires des lecteurs sur Amazon, commentaires qui ne font pas dans la dentelle.

La seule et unique "originalité" que je vois dans cet album, c'est l'emploi des QR codes qui permettent au lecteur lambda d'avoir accès à des informations sympathiques. Je vous aurai bien mis les liens directs, pour que tous ceux qui n'ont pas le téléphone adéquat puissent les visionner mais, si j'arrive à lire son contenu avec le téléphone portable, je n'arrive à rien en cliquant sur le lien dans mon navigateur sur l'ordi. Ça ne doit pas être la même technologie de visionnage.

Et enfin pour finir sur "l'épisode de la piste 2", dans cette bulle ce qui me choque le plus ce n'est pas trop le 2 à la place du 0-2 (les mouches n'ont qu'à bien se tenir), c'est plutôt que le contrôleur annonce la force du vent sans en donner la direction. Je me dis que peut être c'est une phrase qui a été entendue par les auteurs sur le PA, qui man?uvrera systématiquement pour être vent de face lors des opérations aériennes, mais sur la terre ferme, la direction du vent est une donnée essentielle, variable voire très variable, et indissociable de la force... et la demande immédiate de n'importe quel pilote à qui on donnerait la force du vent sans sa direction serait de la demander.
La même tour aurait d'ailleurs dû signaler au Rafale au roulage qu'il a devant lui un tracteur qui le tire vers la piste... ce qui n'arrive pas dans la "vraie" vie où un avion (de chasse ou pas) qui part en vol, quitte son parking et roule sur le taxiway à l'aide de ses seuls moteurs, que le pilote a bien sûr mis en route au parking, avant de rouler...!

Avatar de l’utilisateur
Raymond
Messages : 1794
Inscription : mardi 08 août 2006, 9:40
Localisation : Sebourg (59)
Contact :

Message par Raymond » vendredi 20 janvier 2012, 14:50

Nemo a écrit :A la lecture de ces derniers échanges, je crois surtout que l'on confond un peu trop facilement documentation et réalisme.
Que Centaures soit une BD particulièrement documentée, je n'en doute pas un seul instant (la qualité des dessins de Eric Loutte en est une preuve flagrante) : les auteurs ont passé une semaine sur le PA, ont pris des milliers de photos, ont eu accès à quasiment tous les recoins et ont pu poser toutes les questions qu'ils ont voulu. C'est donc sans aucun doute bien une BD documentée... mais manifestement une documentation uniquement visuelle (issue de photos).
Mais l'utilisation massive de documentation ne veut pas dire scénario réaliste pour autant et, n'en déplaise à Emmanuel Herzet et au Lombard malgré ce qu'ils affirment et le message qu'ils essayent de faire passer, le scénario Centaures n'est pas réaliste et encore moins "hyper-réaliste" (il serait plutôt à mon gout... irréaliste).

Et ça me pose effectivement problème que l'on tente de faire passer en force ce genre de message, surtout qu'un lecteur "lambda" qui lit un album aux dessins si bien réalisés s'attend à un scénario à la hauteur des illustrations. Je ne suis d'ailleurs pas le seul, je vous suggère d'aller lire les commentaires des lecteurs sur Amazon, commentaires qui ne font pas dans la dentelle.

La seule et unique "originalité" que je vois dans cet album, c'est l'emploi des QR codes qui permettent au lecteur lambda d'avoir accès à des informations sympathiques. Je vous aurai bien mis les liens directs, pour que tous ceux qui n'ont pas le téléphone adéquat puissent les visionner mais, si j'arrive à lire son contenu avec le téléphone portable, je n'arrive à rien en cliquant sur le lien dans mon navigateur sur l'ordi. Ça ne doit pas être la même technologie de visionnage.

Et enfin pour finir sur "l'épisode de la piste 2", dans cette bulle ce qui me choque le plus ce n'est pas trop le 2 à la place du 0-2 (les mouches n'ont qu'à bien se tenir), c'est plutôt que le contrôleur annonce la force du vent sans en donner la direction. Je me dis que peut être c'est une phrase qui a été entendue par les auteurs sur le PA, qui man?uvrera systématiquement pour être vent de face lors des opérations aériennes, mais sur la terre ferme, la direction du vent est une donnée essentielle, variable voire très variable, et indissociable de la force... et la demande immédiate de n'importe quel pilote à qui on donnerait la force du vent sans sa direction serait de la demander.
La même tour aurait d'ailleurs dû signaler au Rafale au roulage qu'il a devant lui un tracteur qui le tire vers la piste... ce qui n'arrive pas dans la "vraie" vie où un avion (de chasse ou pas) qui part en vol, quitte son parking et roule sur le taxiway à l'aide de ses seuls moteurs, que le pilote a bien sûr mis en route au parking, avant de rouler...!
D'accord avec toi, Némo, sur beaucoup de points !
Mais vu, la levée de bouclier que mon intervention avait provoquée, j'ai préféré concentrer mes commentaires uniquement sur l'impression générale qu'en tant que lecteur je pouvais faire, et en essayant d'oublier mes connaissances techniques .
Je pense que si l'éditeur n'avait pas tant forcé sa "com" sur le coté documenté, ET validé (????????), tous, autant que nous sommes, aurions eu tendance à être plus indulgents face à ces inexactitudes et maladresses !
Ce n'est malheureusement que le retour du bâton d'une "com" disproportionnée et maladroite face au travail fourni par des auteurs qui ne faisaient que traduire, dans cet album, leur enthousiasme aprés avoir découvert un monde aussi palpitant qu'ils ne maîtrisaient pas parfaitement pour autant !
Le talent d'Eric Loutte est pour beaucoup dans l'enthousiasme des lecteurs-amateurs de cet album, mais un peu moins d'auto-satisfaction (ce qui peut se comprendre)et un peu plus d'auto-critique de la part de tous les partenaires, de relecture, de vérifications (c'est "chiant", je sais), avant médiatisation et parution, aurait peut être suffit à gommer les inexactitudes et défauts les plus flagrants !

Raymond

Avatar de l’utilisateur
Baptiste
Messages : 356
Inscription : mercredi 09 mars 2005, 10:28
Localisation : Belgique

Message par Baptiste » vendredi 20 janvier 2012, 16:53

Je me permets une intervention un peu "savante", qui n'a pas pour l'objet de "noyer le poisson" ou de discréditer tel ou tel point de vue, mais qui me semble utile parce que je pense que nous manions ici des concepts que nous n'avons pas définis, et qui structurent pourtant nos jugements respectifs. Je pense intéressant de faire une sorte d'a parte réflexif pour aider chacun à (peut-être) mettre des mots plus précis sur ce qu'il entend dire, et peut-être ainsi contribuer à un débat plus clair et moins passionné. Nous pensons parler de la même chose, mais je suis loin d'être sûr que ce soit le cas!
Nemo a écrit :A la lecture de ces derniers échanges, je crois surtout que l'on confond un peu trop facilement documentation et réalisme.
Qu'est-ce qu'une BD "réaliste" (et a fortiori ultra-réaliste)? La question me semble bien plus compliquée qu'elle en en a l'air. Tout dépend de la définition qu'on donne à ce fameux "réalisme", et je pense qu'il y a à peu près autant de définitions que de lecteurs, d'où sans doute des incompréhensions, puisque nous utilisons le même terme pour désigner des choses parfois très différentes.

Petite revue de sens plus ou moins communs du terme:

# En littérature, le réalisme est à la base un courant littéraire qui refuse toute forme d'idéalisation (comme le faisait au contraire le romantisme, par exemple)
# En peinture, c'est un courant qui décide de montrer la vie courante et la vie sociale, et non plus des natures mortes ou des faits royaux, épiques ou mythologiques
# On retrouve ces deux idées dans le réalisme ou le néoréalisme au cinéma, qui entend montrer "la vraie vie"
# En bande dessinée, le terme est en outre utilisé pour distinguer certains styles graphiques: le dessin "réaliste" réfère essentiellement au mode de dessin des personnages (respect des proportions, notamment) et se distingue du dessin "humoristique" qui s'autorise déformation et caricature (les fameux "gros nez").

Par-dessus des acceptions plus ou moins historiques et partagées s'ajoutent des questions différentes, au c?ur de notre discussion ici: celle de la conformité (ce qui est représenté est-il semblable, conforme à la réalité) et celle de la vraisemblance (ce qui est représenté pourrait-il se produire dans la réalité), qui rejoint celle de la crédibilité (on ne sait pas si cela peut arriver, mais puis-je croire que cela pourrait arriver). Le tout dans un contexte organisationnel et technique particulier (l'aviation militaire).

Vous prenez tout cela, vous mélangez, et vous vous retrouvez en grande difficulté quand il s'agit de dire si Centaures (ou une autre série) est ou non une BD parfaitement réaliste! Là où l'un reprochera le manque de conformité, l'autre appréciera le caractère plus ou moins vraisemblable de telle scène, etc.

Construire un récit "réaliste" sous tous ces angles est un véritable challenge, et il n'est pas sûr que cela donne au final une bonne BD. Le réalisme-conformité à la réalité est le premier sacrifié au profit de la vraisemblance, sans quoi on ne pourrait jamais rien raconter d'original mais juste faire du reportage, et parce qu'il faudrait 4 pages pour raconter le démarrage de l'avion (ou même plus, en fonction du degré de détail dans lequel on estime devoir descendre), ce qui ôte autant d'espace pour raconter des choses intéressantes. Donc on raccourcit et on évoque plus qu'on ne détaille (on met un bout de dialogue technique pour "faire vrai", mais pas tout le dialogue, par exemple). La vraisemblance, ensuite, est elle-même compliquée à gérer: vraisemblable par rapport à qui? Ce qui sera "vraisemblable" dans une histoire aéronautique risque bien d'être très différent suivant qu'on pose la question à un pilote de chasse, un historien ou une infirmière...

"Valider" une BD réaliste devient dès lors à peu près aussi compliqué. Les pilotes supposés avoir "validé" Centaures ont dû le faire sous quel angle: est-ce en tous points identique à la réalité? cela ressemble-t-il un peu à la réalité? les gens peuvent-ils penser que la réalité pourrait parfois ressembler à cela? Etc. Si le champ d'action de l'instance de validation est mal défini, on arrive rapidement à une procédure de validation problématique, soit que le "valideur" ne sait pas ce qu'il doit valider (et ne dit finalement pas grand chose d'intéressant pour ne vexer personne surtout qu'il serait incapable d'écrire une histoire ou de dessiner aussi bien, donc par politesse il fait trois remarques et basta), soit qu'il a effectué sa validation sous une dimension qui n'est pas nécessairement celle qu'on attendait. Je n'ai strictement aucune idée de la manière dont cela s'est fait pour Centaures, ni de si cette validation a été mal définie. Mais cela pourrait expliquer l'étonnement de certains intervenants ici par rapport à la "validation" utilisée par l'éditeur (et par la Défense) comme argument dans la communication marketing autour de l'album...

Chacun a, dans ses critiques, assurément raison, de son point de vue et compte-tenu de ses connaissances et de son expérience, et aussi compte-tenu de ce qu'il regarde (si j'étais botaniste, peut-être trouverais-je que la végétation des îles Amandine est particulièrement crédible). Chacun trouvera pertinent et légitime l'angle sous lequel il commente la BD (et c'est légitime: je ne prétends absolument pas dire à quiconque comment il doit se forger son propre avis sur quoi que ce soit!). Mais je pense que nous nous comprendrions mieux si nous nous entendions sur les critères que nous utilisons dans nos jugements, et la manière de les apprécier. On croit débattre ici de la qualité de Centaures, mais je pense qu'en réalité, à travers cette BD, nous confrontons nos définitions respectives de ce qui fait une bonne (ou une mauvaise) BD et des critères qui nous semblent importants.

C'est passionnant, mais ne reprochons pas aux auteurs (qui ne m'ont pas payé pour que je dise ceci! :wink:) nos désaccords éventuels sur cette question. Peut-être un fil "qu'est-ce qu'une bonne BD aéro" serait un lieu de discussion utile à créer sur le forum?
Dernière modification par Baptiste le vendredi 03 février 2012, 9:34, modifié 5 fois.
Baptiste,vieux nouveau

loftal
Messages : 109
Inscription : lundi 04 octobre 2010, 17:10

Message par loftal » vendredi 20 janvier 2012, 17:21

Baptiste, vieux nouveau, ou le bon sens personnifié !
:D

Répondre