Les grandes batailles navales : Falkland, la guerre des Malouines

Pour toutes les discussions sur les autres BDs aéronautiques...
Avatar de l’utilisateur
Deltafan
Messages : 1792
Inscription : lundi 01 décembre 2003, 22:42

Les grandes batailles navales : Falkland, la guerre des Malouines

Message par Deltafan »

Du nouveau chez Glénat, Avec 10 pages d'extrait :

https://www.glenat.com/les-grandes-bata ... 2344043080
La dernière armada du XXe siècle pour la reconquête d’un archipel perdu.

En 1981, une nouvelle junte militaire succède à une précédente en Argentine sous fond de crise financière. Une junte qui dès lors est confrontée au mécontentement et au risque évident d’une insurrection. C’est alors qu’un archipel situé à 200 milles nautiques des côtes revient en mémoire. Les Falklands, un territoire anglais de quelques kilomètres carrés peuplé de 700 000 moutons et d’un millier d’âmes, va devenir une cause nationale. L’Argentine conteste la souveraineté des Falklands depuis de nombreuses années et davantage. D’ailleurs, épisodiquement, quelques menaces, des mots un peu plus fort que les autres ont été prononcés. Des gesticulations politiques pour se donner bonne conscience. Mais dans ces premiers mois de l’année 1982, la junte militaire fait le choix de reprendre par la force ce qu’elle considère comme sien ! À l’évidence, tout semble bon aux militaires argentins pour raviver la fierté nationale afin de faire oublier le marasme économique !

Mais est-il réellement prudent de s’attaquer à la quatrième puissance militaire mondiale avec sa légendaire Royal Navy ?

Raconté autant du point de vue des Anglais que de celui des Argentins, ce nouveau titre de la collection des « Grandes Batailles Navales » raconte la dernière grande confrontation maritime du XXe siècle. Un récit perdu dans l’immensité de l’Océan Atlantique, ancré dans le contexte tendu de la Guerre Froide.
Image
AV O
Messages : 258
Inscription : mercredi 10 décembre 2008, 18:40

Re: Les grandes batailles navales : Falkland, la guerre des Malouines

Message par AV O »

Dans les extraits, page 7, coquille, inattention ou étourderie, confusion ?

USS Navy ???
US Navy ou United States Ship ?

D'autres esprits plus éclairés vont probablement en trouver d'autres au cours d'une lecture plus approfondie ou attentive...
JYB
Messages : 4414
Inscription : samedi 23 octobre 2004, 22:23
Localisation : Bretagne
Contact :

Re: Les grandes batailles navales : Falkland, la guerre des Malouines

Message par JYB »

Planche 12, les deux Super Etendard argentins qui attaquent au ras de la mer avec les aérofreins grands ouverts...
Les missiles Exocet devraient avoir, me semble-t-il, le fuselage blanc ; le réservoir ventral également.

Page 11, le Neptune immatriculé 2-P10 (les deux seuls Neptune qui volaient pendant la guerre des Malouines sont le 2-P111 et 2-P112) ; l'immatriculation était sur la dérive, pas sur le fuselage ; sur le fuselage, c'est la mention "ARMADA" (soit : la marine militaire). Les chiffres 111 et 112 étaient repris sur le nez de chaque appareil, et pas au même endroit que là où le dessinateur a dessiné une sorte de 11 indéfini.

Sur la couverture présentée ici, le Sea Harrier a les couleurs du temps de paix. Pendant le transit vers l'Atlantique sud, sur le pont des porte-aéronefs Hermes et Invincible, les avions ont été repeints avec des couleurs "basse visibilité".

Quand l'album sortira, je sens qu'on va rire...
AV O
Messages : 258
Inscription : mercredi 10 décembre 2008, 18:40

Re: Les grandes batailles navales : Falkland, la guerre des Malouines

Message par AV O »

Je serais moins catégorique en ce qui concerne la couleur des Exocets (à moins qu’il ne s’agisse de munitions d’exercice)
Voici quelques pages et photos à ce sujet :
https://arqueologiaaeronautica.blogspot ... mat-3.html
Dernière modification par AV O le lundi 13 juin 2022, 16:24, modifié 2 fois.
JYB
Messages : 4414
Inscription : samedi 23 octobre 2004, 22:23
Localisation : Bretagne
Contact :

Re: Les grandes batailles navales : Falkland, la guerre des Malouines

Message par JYB »

AV O a écrit : lundi 13 juin 2022, 16:16 Je serais moins catégorique en ce qui concerne la couleur des Exocets (à moins qu’il s’agisse de munitions d’exercice)
Voici quelques pages et photos à ce sujet :
https://arqueologiaaeronautica.blogspot ... mat-3.html
Sur ces photos, le fuselage (je dis bien le fuselage) des Exocet est blanc (la tête est grise, mais je ne désignais pas la tête des missiles quand j'écrivais : fuselage). Dans la BD, les missiles sont entièrement en couleur.
Il existe des photos montrant les Super Etendard argentins pendant la guerre, sur leur base aéronavale d'où ils partaient pour leurs missions antinavires, et même une photo lors de l'attaque du 30 mai 1982 (une photo prise en route vers la flotte britannique, depuis un avion Hercules de ravitaillement en vol), et on voit nettement que l'Exocet est blanc.
JYB
Messages : 4414
Inscription : samedi 23 octobre 2004, 22:23
Localisation : Bretagne
Contact :

Re: Les grandes batailles navales : Falkland, la guerre des Malouines

Message par JYB »

Déjà, je relève des erreurs dans le texte de présentation de l'album (voir le post de Deltafan, au début de ce topic), qui dit que l'archipel se trouve à 200 milles nautiques de l'Argentine. Ben non, c'est le double ! Et ce n'est pas un détail car c'est la limite du rayon d'action des avions Mirage argentins, qui, à cause de ça et n'étant pas ravitaillables en vol, ne pouvaient pas rester longtemps au-dessus de l'archipel pour le défendre. Ce qui, évidemment, a tourné à l'avantage des Anglais...
Le texte dit que c'est un archipel de "quelques kilomètres carrés". Oui, si on veut : 12 173 km2 selon Wikipedia...
Il est écrit aussi : "des mots un peu plus fort". De ce qui me reste de ce que j'ai appris à l'école, j'aurais mis un S du pluriel à "fort"...

Revenons à la BD elle-même. Dès la première phrase de la première planche : "L'archipel des Falkland perdu dans l'Atlantique sud rentre dans l'histoire avec les grandes découvertes de la fin du XVIe siècle". L'archipel "ENTRE" dans l'histoire. Pas "Rentre" !
Le reste des textes étant du même tonneau, on ne peut pas dire que ce soit de la grande littérature...

Page 6 : "Le 1er avril 1982, l'Argentine (...) avait envahi des terres anglaises perdues dans le Pacifique sud, les Falkland". Ah, je croyais que les Falkland se trouvaient dans l'Atlantique sud...

Dans la case d'après : "Le 2 mai 1982, le sous-marin anglais HMS Conqueror répondait à l'acte insensé des Argentins en coulant le croiseur ARA General Belgrano". Pas un mot sur ce qui s'est passé la veille, 1er mai : les Anglais, arrivés à marche forcée près de l'archipel avec de nombreux bâtiments - dont les deux porte-aéronefs Invincible et Hermes, ce qui n'est pas rien -, bombardaient l'aéroport de Port-Stanley (en commençant très tôt le matin au moyen d'un avion Vulcan parti de l'île de l'Ascension) pour empêcher les Argentins d'y poser des avions ; durant toute la journée, il s'en suivit une bataille aéronavale formidable entre forces aériennes argentines, venues du continent, et forces aériennes et navales anglaises. C'était le premier jour de la véritable bataille pour les Malouines, et ça a fait mal des deux côtés. D'ailleurs, les Argentins se sont si bien défendus que c'est sans doute la raison de la revanche anglaise par le torpillage du General Belgrano, plus que la réponse "à l'acte insensé des Argentins" qui avait consisté à prendre pied sur l'archipel. Pour un album censé raconter "Les grandes batailles navales", bizarre que cette journée du 1er mai soit totalement occultée...
La case suivante dit : "La guerre que d'aucuns tentaient encore d'éviter était devenue réalité". Ben, la guerre était devenue réalité la veille, tôt le matin... Et même dès le 3 avril quand les quelques Marines britanniques disposés sur un autre archipel revendiqué par l'Argentine, la Georgie du sud, ont réagi face à l'invasion d'un commando argentin arrivé par une mini-flotte. Ce commando était dirigé par un officier de marine de sinistre mémoire, le capitaine de corvette Alfredo Astiz, par ailleurs recherché par la justice internationale pour des actes de torture, dont furent victimes en particulier deux religieuses françaises. Lors de la confrontation entre Argentins et Britanniques début avril, il y a eu déjà de la bagarre et des échanges de tirs, puisqu'un hélicoptère Puma argentin a été abattu. Des commandos anglais des SAS et des SBS ont récupéré l'archipel vers le 21 avril suivant. Dans la foulée, le 25 avril, les hélicoptères anglais torpillent un sous-marin argentin, le Santa Fé. Si ça, ce n'est pas la guerre et si ce n'est pas une bataille navale... Avec, à la clé, l'arrestation d'Astiz (célèbre photo publiée partout, où on le voit signant l'acte de reddition à bord d'un navire anglais, le HMS Plymouth). Tout ça, donc, une bonne semaine avant le 2 mai, jour du début des combats selon la BD.

Pour l'anecdote : page 12, on voit donc des Super Etendard argentins. En premier plan, figure celui qui est immatriculé 3-A-203. Sur la dérive, on voit son numéro : 0758. Non, en réalité, c'est 0753.
Ces numéros repris en bout d'ailes, sur l'intrados, devraient être beaucoup plus gros que ça.
Sur le côté de l'avant du Super Etendard, sous la verrière, on voit deux traits blancs horizontaux. Sur un Super Etendard, il n'y a pas ce genre de signal ou de décoration. Ce sont certainement les silhouettes peintes (en blanc) des navires anglais coulés, peints en guise de trophées. Mais la scène, se trouvant au début de l'album, montre la première attaque à l'Exocet contre la flotte anglaise, le 4 mai 1982 (contre le Sheffield). A ce moment, aucun navire anglais n'avait été coulé par des Super Etendard, donc, pas de trophées à arborer sur l'avion...
Par ailleurs, à ma connaissance, les silhouettes peintes sont sur le côté gauche du cockpit, pas sur le côté droit.

Si les autres tomes de la collection "Batailles navales" sont aussi bien documentés, je m'inquiète pour la validité de leur contenu.

Par ailleurs, dans une telle BD qui devrait être neutre, faut-il décrire comme "insensé" l'acte des Argentins consistant à récupérer l'archipel ? Vu du côté argentin, ce n'était pas insensé, mais normal et logique, et l'accomplissement d'un désir remontant à des décennies, voire à des siècles... Voilà un album qui va faire plaisir en Argentine.

A signaler que de loin en loin, depuis 1982, les Argentins continuent de souhaiter récupérer "leur" archipel. Et maintenant, avec l'arrivée des Chinois qui se sont discrètement implantés en Argentine et qui raflent tout ce qu'ils peuvent (et qui ont en vue les réserves de pétrole et les eaux poissonneuses des environs des Malouines), probable qu'un jour, les Argentins auront les moyens de reprendre pied sur l'archipel. Et probable que les Anglais, cette fois, ne pourront rien y faire...
AV O
Messages : 258
Inscription : mercredi 10 décembre 2008, 18:40

Re: Les grandes batailles navales : Falkland, la guerre des Malouines

Message par AV O »

La petite ancre laissait pourtant présager un gage d’authenticité.

Excuse ou Histoire «Belge » :
https://www.glenat.com/auteurs/jean-yves-delitte

Sur la couverture, on peut aussi remarquer que le Skyhawk touché (vu du dessous) a la perche de ravitaillement placée du mauvais côté :
https://www.qwant.com/?q=Skyhawk+argent ... 9E50FEFBED
JYB
Messages : 4414
Inscription : samedi 23 octobre 2004, 22:23
Localisation : Bretagne
Contact :

Re: Les grandes batailles navales : Falkland, la guerre des Malouines

Message par JYB »

AV O a écrit : vendredi 17 juin 2022, 8:46 La petite ancre laissait pourtant présager un gage d’authenticité.

Excuse ou Histoire «Belge » :
https://www.glenat.com/auteurs/jean-yves-delitte

Sur la couverture, on peut aussi remarquer que le Skyhawk touché (vu du dessous) a la perche de ravitaillement placée du mauvais côté :
https://www.qwant.com/?q=Skyhawk+argent ... 9E50FEFBED
Selon les appareils argentins, certains avaient des à-plats de couleur, soit jaunes, soit bleus, comme signes de reconnaissance, pour que chaque camp, et chaque pilote et chaque servant d'un système de DCA dans chaque camp, sachent qui est qui pour ne pas tirer sur un copain. Certains de ces à-plats étaient peints sous les ailes et sous le ventre des réservoirs supplémentaires. Ce n'était pas systématique (à ma connaissance), mais sur la couverture, ça aurait été bien de colorier ces à-plats ventraux, histoire de montrer que les auteurs se sont documentés, et vu que l'appareil n'est pas identifié précisément (hormis le fait que ce soit un Skyhawk argentin), et histoire de présenter, en couverture, une scène typique de la guerre des Malouines. A noter qu'il existe un certain nombre de photos de Skyhawk avec ces marques de reconnaissance, soit bleus, soit jaunes, et avec leur immatriculation (il y avait aussi des marques oranges, semble-t-il sur les avions de transport qui parvenaient à se poser sur l'archipel).

Réaliser un album de BD sur la guerre navale des Malouines est une entreprise à risques. D'abord, la collection Les grandes batailles navales chez Glénat demande que les titres sortent à cadence assez élevée ; or, fouiller la documentation sur le sujet (de la guerre des Malouines) prend en principe un temps fou quand on débarque à froid sur ce sujet ; rédiger le texte et assembler la documentation iconographique adéquate devrait prendre aussi du temps. Donc, les auteurs ont manifestement fait vite.
Les indices ici et là cherchant à démontrer que la BD est bien faite sont de la poudre aux yeux : l'auteur peut signer avec une ancre de marine car il est désigné officiellement comme "Peintre de la Marine", le logo du Musée national de la marine sur la couverture est le tampon là aussi "Officiel" qui dit qu'on peut se fier à l'album, et enfin, j'ai appris par ailleurs que la série a été primée par l'Académie de marine. Vous m'en direz tant...! Il paraît évident que personne n'a vraiment lu la BD avant de décerner ce prix et de faire apposer le logo du Musée de la marine sur la couv...

Signalons en passant qu'il existe profusion de livres documentaires sur la guerre des Malouines (avec plein de photos). Pourquoi en faire une BD...?? Surtout bourrée d'erreurs...!
AV O
Messages : 258
Inscription : mercredi 10 décembre 2008, 18:40

Re: Les grandes batailles navales : Falkland, la guerre des Malouines

Message par AV O »

JYB a écrit : mardi 14 juin 2022, 8:58
Pour l'anecdote : page 12, on voit donc des Super Etendard argentins. En premier plan, figure celui qui est immatriculé 3-A-203. Sur la dérive, on voit son numéro : 0758. Non, en réalité, c'est 0753.
Ces numéros repris en bout d'ailes, sur l'intrados, devraient être beaucoup plus gros que ça.
Sur le côté de l'avant du Super Etendard, sous la verrière, on voit deux traits blancs horizontaux. Sur un Super Etendard, il n'y a pas ce genre de signal ou de décoration. Ce sont certainement les silhouettes peintes (en blanc) des navires anglais coulés, peints en guise de trophées. Mais la scène, se trouvant au début de l'album, montre la première attaque à l'Exocet contre la flotte anglaise, le 4 mai 1982 (contre le Sheffield). A ce moment, aucun navire anglais n'avait été coulé par des Super Etendard, donc, pas de trophées à arborer sur l'avion...
Par ailleurs, à ma connaissance, les silhouettes peintes sont sur le côté gauche du cockpit, pas sur le côté droit.

Quelques photos :
Avant :
https://www.pinterest.fr/pin/8247223691 ... /?mt=login.

et après Atlantic Conveyor :
https://www.pinterest.fr/pin/469711436127094149/
JYB
Messages : 4414
Inscription : samedi 23 octobre 2004, 22:23
Localisation : Bretagne
Contact :

Re: Les grandes batailles navales : Falkland, la guerre des Malouines

Message par JYB »

Et j'ajoute, suite à mon précédent post, une photo d'un Skyhawk pendant la guerre des Malouines (la légende de la photo dit que c'est pris le 1er mai 1982, soit le premier jour des combats - combats aéronavals dont, je le rappelle, ne dit pas un mot l'album de BD), avec ses marques jaunes d'identification, y compris sous les réservoirs :
Image
Et on voit donc bien la perche de ravitaillement côté droit...

Quant aux vues du côté gauche du cockpit des Super Etendard ajoutées par AV O dans son post précédent, j'ajoute (j'ai failli le dire aussi plus haut, mais il y a tellement à dire...) que sur les vues côté gauche des Super Etendard dans la BD, on ne voit pas le gros insigne rond avec un faucon dessiné de façon humoristique, l'air méchant et tenant un gros bâton clouté à la main. C'est pourtant un signe difficile à ne pas voir quand on se documente un peu sur la guerre aérienne des Malouines et qu'on voit partout sur la base aéronavale d'Espora en Argentine (sur les documents techniques, en grand sur les hangars, en écusson - bien visible là aussi - sur la poitrine des pilotes, etc.).
AV O
Messages : 258
Inscription : mercredi 10 décembre 2008, 18:40

Re: Les grandes batailles navales : Falkland, la guerre des Malouines

Message par AV O »

JYB
Messages : 4414
Inscription : samedi 23 octobre 2004, 22:23
Localisation : Bretagne
Contact :

Re: Les grandes batailles navales : Falkland, la guerre des Malouines

Message par JYB »

Nos commentaires concernent essentiellement les avions de la guerre des Malouines et personnellement, j'ai une grosse doc sur les avions, tant anglais qu'argentins. J'ai aussi une grosse doc sur les navires impliqués, mais moins de connaissances, aussi je ne pourrai sans doute pas relever les erreurs du point de vue strictement naval - sauf en y passant beaucoup de temps.
Toutefois, dans les planches présentées sur le site de Glénat, on voit la flotte britannique qui descend vers l'Atlantique sud (il faut le savoir : ces images présentent deux scènes qui se déroulent en avril 1982, mais aucun texte, aucune bulle ne le précisent... Voilà une BD qui va bien informer les lecteurs... Ces derniers ne sauront pas non plus que le principal bâtiment dans cette flotte, pourtant visible dans les images, est le porte-aéronefs Hermes, navire-amiral de la Task Force ; ceci aurait pu être noté quelque part... surtout pour un album qui est censé raconter une bataille navale).
Je trouve toutefois curieux le bordel dans l'alignement des navires dans une des images : ils sont trop proches les uns des autres, tout en suivant des caps divergeant ou convergeant, ce qui devrait entraîner des collisions en mer... Bravo au commodore, chef de convoi !

Dans la planche suivante (tout aussi muette, donc on ne sait rien de ce qui est montré), on voit le pont d'un porte-avions (c'est en fait un porte-aéronefs britannique ; ceux qui ignorent tout de la guerre des Malouines et qui espéraient en savoir plus avec la BD ne sauront rien ; rappel : les Argentins avaient aussi un porte-avions ; il faudrait indiquer le distingo à l'intention des lecteurs). Mais les images de cette planche, censées montrer des scènes durant le voyage de la Task force vers le sud-Atlantique, sont dessinées d'après des photos prises au large des Malouines, après la mi-mai 1982 (voir les traces humides sur le pont : il faisait très mauvais temps dans les parages des Malouines, en plein hiver austral), avec des Sea Harrier et des Harrier (pas cités non plus), dont un Harrier qui est en train d'être armé de bombes pour mener une mission sur les îles (la photo qui a servi de modèle figure dans un livre pointu, édité en Grande-Bretagne ; sa légende dit qu'elle a été prise quelques heures avant la reddition argentine, le 14 juin 1982, donc à la fin de la guerre). Il faudrait que j'épluche les images, mais on dirait qu'il y a dans ces images des vues du pont de l'Invincible et d'autres de l'Hermes.
La BD est donc davantage un livre d'images, en désordre et sans explications.

Concernant le nom des navires, on ne sait pas d'emblée que le bâtiment mis en scène au début est le croiseur argentin General Belgrano, ni ce qu'il représente, ni ce qu'il fait là (le nom du bâtiment est certes cité, mais plus loin, une fois le navire coulé... c'est là que le lecteur fait "tilt" et se dit que ce qu'il voyait depuis trois ou quatre pages, c'est donc le Belgrano...).

Un autre bâtiment est montré mais pas nommé, le célèbre destroyer Sheffield, victime d'un missile Exocet au début de la guerre. Dans la BD, on sait que c'est le Sheffield étant donné que - il faut être attentif car c'est relativement discret - on lit son nom sur la coque, dans une image. Mais le nom n'est donné ni dans un texte ni dans une bulle. On ne sait pas que c'est un destroyer, et on ne sait pas non plus qu'il était placé dans une zone tactique en tant que "piquet radar", en protection de la flotte anglaise et des deux porte-aéronefs. Mais dans l'image, grave erreur : on voit le Sheffield en avant-plan et, à quelques encâblures à peine, en arrière-plan dans la même image, le porte-aéronefs Hermes. Le Sheffield étant à une position particulière, se tenait en réalité à... 38 km du Hermes !

Et je n'ai vu que 5 ou 6 planches ! A part ça tout va bien.
JYB
Messages : 4414
Inscription : samedi 23 octobre 2004, 22:23
Localisation : Bretagne
Contact :

Re: Les grandes batailles navales : Falkland, la guerre des Malouines

Message par JYB »

Anniversaire aidant (1982-2022), après l'album des Grandes batailles navales chez Glénat, le magazine Le Fana publie, dans son numéro de juillet 2022, un dossier sur les Super Etendard argentins dans la guerre des Malouines. On y voit des photos des Super Etendard, ce qui permet de comparer avec les mêmes dessinés dans l'album des Grandes batailles.
Avatar de l’utilisateur
vautour2b
Messages : 266
Inscription : vendredi 23 février 2007, 18:08
Localisation : Gif sur Yvette (91), France

Re: Les grandes batailles navales : Falkland, la guerre des Malouines

Message par vautour2b »

JYB a écrit : mardi 14 juin 2022, 8:58 (...)
Si les autres tomes de la collection "Batailles navales" sont aussi bien documentés, je m'inquiète pour la validité de leur contenu.
(...)
Tu peut... je n'ai pas toutes les connaissances nécessaire pour juger celles se déroulant à l'époques de la marine à voiles, mais pour l'album sur le Jutland je peut t'assurer que c'est environ 70% de connerie... Même les vieux bouquins de marine des années 1930 avaient plus de détailles justes que ce pseudo document historique :ane:

... et celui sur Midway, c'est à peut près du même tonneau
JYB a écrit : vendredi 17 juin 2022, 10:44 (...)
Les indices ici et là cherchant à démontrer que la BD est bien faite sont de la poudre aux yeux : l'auteur peut signer avec une ancre de marine car il est désigné officiellement comme "Peintre de la Marine", le logo du Musée national de la marine sur la couverture est le tampon là aussi "Officiel" qui dit qu'on peut se fier à l'album, et enfin, j'ai appris par ailleurs que la série a été primée par l'Académie de marine. Vous m'en direz tant...! Il paraît évident que personne n'a vraiment lu la BD avant de décerner ce prix et de faire apposer le logo du Musée de la marine sur la couv...
(...)
Rien à ajouté, c'est exactement le sentiment que j'ai eu après avoir lu les deux cité + feuilleté le dernier paru
JYB
Messages : 4414
Inscription : samedi 23 octobre 2004, 22:23
Localisation : Bretagne
Contact :

Re: Les grandes batailles navales : Falkland, la guerre des Malouines

Message par JYB »

vautour2b a écrit : samedi 09 juillet 2022, 20:23
JYB a écrit : mardi 14 juin 2022, 8:58 (...)
Si les autres tomes de la collection "Batailles navales" sont aussi bien documentés, je m'inquiète pour la validité de leur contenu.
(...)
Tu peut... je n'ai pas toutes les connaissances nécessaire pour juger celles se déroulant à l'époques de la marine à voiles, mais pour l'album sur le Jutland je peut t'assurer que c'est environ 70% de connerie... Même les vieux bouquins de marine des années 1930 avaient plus de détailles justes que ce pseudo document historique :ane:

... et celui sur Midway, c'est à peut près du même tonneau
JYB a écrit : vendredi 17 juin 2022, 10:44 (...)
Les indices ici et là cherchant à démontrer que la BD est bien faite sont de la poudre aux yeux : l'auteur peut signer avec une ancre de marine car il est désigné officiellement comme "Peintre de la Marine", le logo du Musée national de la marine sur la couverture est le tampon là aussi "Officiel" qui dit qu'on peut se fier à l'album, et enfin, j'ai appris par ailleurs que la série a été primée par l'Académie de marine. Vous m'en direz tant...! Il paraît évident que personne n'a vraiment lu la BD avant de décerner ce prix et de faire apposer le logo du Musée de la marine sur la couv...
(...)
Rien à ajouté, c'est exactement le sentiment que j'ai eu après avoir lu les deux cité + feuilleté le dernier paru
Aïe aïe aïe...
Répondre