Histoire et anecdotes dans les «Buck Danny»

Forum sur les aventures de Buck Danny et de ses coéquipiers J. Tumbler et S. Tuckson
Buck Danny sur Aeroplanete
Avatar de l’utilisateur
Antoine
Site Admin
Messages : 437
Inscription : vendredi 27 septembre 2002, 21:35
Localisation : Paris
Contact :

Histoire et anecdotes dans les «Buck Danny»

Message par Antoine » vendredi 11 octobre 2002, 19:30

Vous souvenez-vous de «Les Japs attaquent» ? Dans les touts premières pages, Buck est à bord de l?USS Ward quand ce dernier coule le sous-marin nippon qui a recueilli l?agent japonais Lee, une heure avant l?attaque sur Pearl Harbor.
La Navy avait toujours revendiqué avoir coulé un sous-marin peu avant l?attaque, mais jusqu?alors rien n?avait été retrouvé.
Eh bien, ce sous-marin a été retrouvé par hasard en août dernier par des chercheurs de la School of Ocean and Earth Science & Technology. Différence majeure avec la version qui nous est conté dans le «Buck Danny» : ce navire est un sous-marin de poche. Autre différence : c?est un spot sonar qui a permis de localiser le sous-marin, et non «l??il perçant de la vigie».
:wink: Quand les «Buck Danny» deviennent un prétexte pour faire de l?histoire?

Quelques liens pour lire tout ça plus en détail :

http://www.soest.hawaii.edu/ (Le site web de la School of Ocean and Earth Science & Technology qui a découvert le sous-marin)
http://imina.soest.hawaii.edu/HURL/midget.html (la page que le précédent site consacre à cette découverte)

http://www.lemonde.fr/article/0,5987,32 ... 6-,00.html (article paru dans "Le Monde" le 25 septembre; quelques inexactitudes voire même fantaisie quant à la profondeur à laquelle le sous-marin a coulé (peut-être une erreur de traduction); ne spécifie pas le type du sous-marin, ni le nom du bateau qui l'a coulé)
http://the.honoluluadvertiser.com/artic ... ln16a.html (article d'un journal local hawaïen, beaucoup plus précis)
http://starbulletin.com/breaking/breaking.php?id=148 (un autre papier sur la découverte)

Avatar de l’utilisateur
Antoine
Site Admin
Messages : 437
Inscription : vendredi 27 septembre 2002, 21:35
Localisation : Paris
Contact :

Message par Antoine » vendredi 11 octobre 2002, 23:56

Voilà, n'hésitez pas à réagir sur cette anecdote ou sur d'autres en rapport avec "Buck Danny"!

Alain-James
Messages : 23
Inscription : dimanche 27 octobre 2002, 15:09
Localisation : FRANCE
Contact :

Message par Alain-James » dimanche 27 octobre 2002, 15:49

arf, Les Japs attaquent, au vu des infos dispos à l'époque, faut surtout pas le prendre pour une bible en tout cas ;)
Parce qu'entre le fameux "Ryukaku" (ca a du me traumatiser quelques années ca), les Hellcats qui côtoient les Avengers en Nouvelle-Guinée ou les bimoteurs qui attaquent Pearl Harbour (je passe sur les camions suicides, la foire aux biplans...)
Enfin bref quoi, c'est pas la joie ;)
Heureusement que l'épisode sur Midway est déjà bien plus précis et minutieux (vaut mieux pour ma pomme, parce que vu l'age auquel j'ai lu tout ca...)

On ne rentre de plein pied chez Buck Danny qu'avec la revanche des fils du ciel... A partir de là, je leur pardonne aisément les P51 ;)

AJ

Avatar de l’utilisateur
Antoine
Site Admin
Messages : 437
Inscription : vendredi 27 septembre 2002, 21:35
Localisation : Paris
Contact :

Message par Antoine » dimanche 27 octobre 2002, 21:05

Oui, les P-51A jusqu'à l'été 1945 :? ... Ils n'ont pas dû avoir de bol dans l'escadrille de Buck Danny, parce que partout ailleurs, elles ont été transformées sur P-51B dès début 1944 :wink: ...

JYB
Messages : 4214
Inscription : samedi 23 octobre 2004, 22:23
Localisation : Bretagne
Contact :

Re: Histoire et anecdotes dans les «Buck Danny»

Message par JYB » jeudi 05 mars 2015, 16:42

Je ne sais pas dans quel topic déjà existant mettre cette petite info, alors ici ou ailleurs...
Voici la différence entre (à gauche) la planche 01 de l'album Un avion n'est pas rentré dans Spirou n°832 en 1954, et la même (à droite) dans les albums de ces dernières décennies. A vous de jouer au "jeu des 7 différences" :
Image

Avatar de l’utilisateur
Raymond
Messages : 1794
Inscription : mardi 08 août 2006, 9:40
Localisation : Sebourg (59)
Contact :

Re: Histoire et anecdotes dans les «Buck Danny»

Message par Raymond » jeudi 05 mars 2015, 17:10

A titre personnel la version (intégrale de chez Dupuis en date de 1985) est un condensé des 2 versions que tu présentes, à savoir celle de droite avec une dominante moins bleue et des couleurs (personnages et ciels) plus saturés, surtout comme pour les personnages de la version de gauche.....

Raymond

Avatar de l’utilisateur
DahliaBleue
Messages : 90
Inscription : vendredi 03 février 2017, 9:14

Re: Histoire et anecdotes dans les «Buck Danny»

Message par DahliaBleue » mercredi 08 mars 2017, 22:57

JYB a écrit :[…] Voici la différence entre (à gauche) la planche 01 de l'album Un avion n'est pas rentré dans Spirou n°832 en 1954, et la même (à droite) dans les albums de ces dernières décennies. A vous de jouer au "jeu des 7 différences" :
Image
A part les teintes/couleurs (y compris le nombre "45" en rouge vif !), je n'ai pas vu de différences dans les textes.
En revanche il y a quelques anomalies dans les dialogues (je ne sais pas si elles ont déjà été signalées sur un autre fil) :
* l'amiral Mac Mahon qui parle de "son" porte-avions, comme s'il en était le commandant ; mais c'est récurrent dans la série : Charlier (et Hubinon) ont toujours voulu que le commandant du P.-A. soit amiral (sauf sur le Ranger dans Ghost Queen, et au début des Japs attaquent, où c'est un… colonel ! (J.009.A) , puis, planche J.018.A, c'est un officier arborant 2 étoiles sur son calot, mais que Danny appelle "Captain" (comme capitaine de vaisseau ? Ch&H y étaient presque !) ;
* les ordres de manœuvre :
- "Allo !… Timonerie !… La barre sur 180 et maintenez ce cap !"
Dans la réalité les ordres donnés à l'homme de barre le sont directement, de vive voix ; et ça donnerait : "A droite (ou à gauche) 15, venir au 180 ; ou gouverner au 180 ;
et surtout :
- "Machines avant toute !… Montez à trois nœuds !"
Trois nœuds, c'est dix fois moins que ce que permet le bateau ! Les auteurs auraient dû écrire "Trente-trois nœuds"' ; peut-être le "trente" a-t-il simplement été oublié ?

Enfin, les réflexions de Tumb et de Sonny ("On va se faire recevoir fraîchement" et "Gare à qui voudra faire le malin avec nous") nous font penser que ni l'un ni l'autre n'ont jamais mis les roues sur un porte-avions (pour Danny, ce n'était pas le cas).
Or, dans la vérité, si des aviateurs provenant de l'Air Force sont effectivement "en échange", "détachés" ou "versés" dans la Navy, ils auront dû passer, au préalable, par un stage d'entraînement et de qualification à l'appontage, sur un P.-A d'entraînement, ou sur un autre P.-A.

Probablement Ch&H l'ignoraient-ils à cette époque-là (1954).
ImageImageImage

JYB
Messages : 4214
Inscription : samedi 23 octobre 2004, 22:23
Localisation : Bretagne
Contact :

Re: Histoire et anecdotes dans les «Buck Danny»

Message par JYB » jeudi 09 mars 2017, 0:48

DahliaBleue a écrit :Probablement Ch&H l'ignoraient-ils à cette époque-là (1954).
Pas "probablement" : sûrement ! C'est ce que j'ai raconté dans mon article de dBD de juin 2015, parlant des incohérences incompréhensibles dévoilant de grosses confusions, et où j'ai publié la même planche pour en relever les bizarreries. Comme par exemple le fait que Buck Danny arrive pour devenir de but en blanc le chef des pilotes du porte-avions... Au début de cette aventure datant de 1954, il n'a pas piloté sur porte-avions depuis 1942..... Quelle promotion !
Je crois me souvenir que dans une interview remontant à ces années-là, Charlier et Hubinon disaient s'être renseignés auprès d'un pilote militaire d'avions à réaction.

Avatar de l’utilisateur
DahliaBleue
Messages : 90
Inscription : vendredi 03 février 2017, 9:14

Re: Histoire et anecdotes dans les «Buck Danny»

Message par DahliaBleue » jeudi 09 mars 2017, 9:17

JYB a écrit :[…] j'ai publié la même planche pour en relever les bizarreries. Comme par exemple le fait que Buck Danny arrive pour devenir de but en blanc le chef des pilotes du porte-avions… Au début de cette aventure datant de 1954, il n'a pas piloté sur porte-avions depuis 1942…… Quelle promotion ![…]
C'est sûr que, même en tant qu'ancien pilote de porte-avions, il devait, lui aussi, passer, au minimum par les qualifications.
Cette phase (d'"écolage") est peut-être sous-entendue (mais ce que j'avance là est fort improbable, v. note) car sans intérêt pour les ressorts de l'intrigue ; mais elle impliquerait bien un passage sur un autre P.-A. ; avec ses ailiers ; lesquels auront alors pu découvrir la Navy.

Note : Lors de la phase d'instruction des pilotes novices, ces derniers apprennent à piloter des avions de combat, mais pas à se qualifier sur P.-A. ; or tous les élèves se lancent à l'appontage sur le Valley Forge, sans avoir jamais vu (même de loin) un P.-A. ; quoiqu'ils aient tout de même effectué des ASSP à Hickam Field (Hickam AFB).
On observera aussi que tous les pilotes novices de la promotion appartiennent à l'Air Force (ou en proviennent) et non à la Navy.
[…] Je crois me souvenir que dans une interview remontant à ces années-là, Charlier et Hubinon disaient s'être renseignés auprès d'un pilote militaire d'avions à réaction.
… ou de quelqu'un qui s'était fait passer pour tel (dans une brasserie à Bruxelles ?), passer pour un pilote de l'aéronautique navale… belge !
PS : Je suis mauvaise langue, une fois de plus, car ça pouvait être un pilote de l'aéronautique navale du BeNeLux (embarqué sur le Karel Doorman).
ImageImageImage

JYB
Messages : 4214
Inscription : samedi 23 octobre 2004, 22:23
Localisation : Bretagne
Contact :

Re: Histoire et anecdotes dans les «Buck Danny»

Message par JYB » jeudi 09 mars 2017, 12:49

DahliaBleue a écrit :
JYB a écrit :[…] j'ai publié la même planche pour en relever les bizarreries. Comme par exemple le fait que Buck Danny arrive pour devenir de but en blanc le chef des pilotes du porte-avions… Au début de cette aventure datant de 1954, il n'a pas piloté sur porte-avions depuis 1942…… Quelle promotion ![…]
C'est sûr que, même en tant qu'ancien pilote de porte-avions, il devait, lui aussi, passer, au minimum par les qualifications.
Cette phase (d'"écolage") est peut-être sous-entendue (mais ce que j'avance là est fort improbable, v. note) car sans intérêt pour les ressorts de l'intrigue ; mais elle impliquerait bien un passage sur un autre P.-A. ; avec ses ailiers ; lesquels auront alors pu découvrir la Navy.

Note : Lors de la phase d'instruction des pilotes novices, ces derniers apprennent à piloter des avions de combat, mais pas à se qualifier sur P.-A. ; or tous les élèves se lancent à l'appontage sur le Valley Forge, sans avoir jamais vu (même de loin) un P.-A. ; quoiqu'ils aient tout de même effectué des ASSP à Hickam Field (Hickam AFB).
On observera aussi que tous les pilotes novices de la promotion appartiennent à l'Air Force (ou en proviennent) et non à la Navy.
[…] Je crois me souvenir que dans une interview remontant à ces années-là, Charlier et Hubinon disaient s'être renseignés auprès d'un pilote militaire d'avions à réaction.
… ou de quelqu'un qui s'était fait passer pour tel (dans une brasserie à Bruxelles ?), passer pour un pilote de l'aéronautique navale… belge !
PS : Je suis mauvaise langue, une fois de plus, car ça pouvait être un pilote de l'aéronautique navale du BeNeLux (embarqué sur le Karel Doorman).
S'il fallait critiquer l'album Un avion n'est pas rentré comme cela a été fait pour SOS Soucoupes volantes dans le topic "Quelques incohérences", il faudrait déjà basculer la discussion dans ce topic, et il y en aurait pour des pages et des pages là aussi.... Pratiquement chaque vignette, chaque bulle, rien que dans les premières planches, a son lot d'incohérences, d'approximations, de contre-vérités, d'erreurs parfois incroyables. C'est tout un poème, si j'ose dire.

Par ailleurs, je n'ai pas dit que Charlier et Hubinon avaient interviewé autrefois un pilote de l'Aéronavale pour préparer leurs histoires se déroulant sur porte-avions (je parle d'une époque remontant au début des années 50). J'ai juste dit que je me souviens vaguement d'une interview où ils disaient avoir discuté avec un pilote militaire sur avion à réaction (à moins que ce soit le journaliste intervieweur qui précisait que Charlier lui avait dit que...). Peut-être ont-ils interviewé à l'époque un pilote sur porte-avions, mais on se dit que c'est impossible quand on prend connaissance de ce qui se passe au début de l'album Un avion n'est pas rentré...!

Mais quoiqu'il en soit, n'importe quel pilote militaire (peut-être belge puisque Charlier et Hubinon étaient Belges) aurait pu leur dire qu'on ne devient pas pilote sur porte-avions comme ça, en un clin d'oeil. Les auteurs auraient dû se douter qu'il faut passer par des phases d'apprentissage, d'entraînement (ou de réentraînement dans le cas de Buck) et de qualification. Ces phases indispensables sont totalement gommées dans l'histoire.

Avatar de l’utilisateur
DahliaBleue
Messages : 90
Inscription : vendredi 03 février 2017, 9:14

Re: Histoire et anecdotes dans les «Buck Danny»

Message par DahliaBleue » jeudi 09 mars 2017, 15:04

JYB a écrit :[…] S'il fallait critiquer l'album Un avion n'est pas rentré comme cela a été fait pour SOS Soucoupes volantes dans le topic "Quelques incohérences", il faudrait déjà basculer la discussion dans ce topic, et il y en aurait pour des pages et des pages là aussi… Pratiquement chaque vignette, chaque bulle, rien que dans les premières planches, a son lot d'incohérences, d'approximations, de contre-vérités, d'erreurs parfois incroyables. C'est tout un poème, si j'ose dire.[…]
Aucun problème : j'approuve entièrement !
A la limite, c'est presque ce qui fait son charme (à la série) : c'est tout aussi intéressant de se laisser emporter par les intrigues que d'y déceler les anomalies, les erreurs, les invraisemblances et les incohérences.
D'ailleurs ne serait-il pas judicieux (ou utile) d'ouvrir ici un sujet spécifique, album par album, sur ces invraisemblances et incohérences ?
Une sorte de petit jeu "cherchez l'erreur".
[…] n'importe quel pilote militaire […] aurait pu leur dire qu'on ne devient pas pilote sur porte-avions comme ça, en un clin d'oeil. Les auteurs auraient dû se douter qu'il faut passer par des phases d'apprentissage, d'entraînement (ou de réentraînement dans le cas de Buck) et de qualification. Ces phases indispensables sont totalement gommées dans l'histoire.
C'est ce qui me faisait écrire que leur indicateur (supposément pilote militaire) n'en était sans doute pas un ; ou qu'ils n'ont pas vraiment écouté (ou cru) ses arguments.
A dire vrai, certaines erreurs (de ce premier album d'aéronautique navale) se rencontreront moins fréquemment avec le temps.
Quoi que, Ghost Queen finisse très fort !
ImageImageImage

JYB
Messages : 4214
Inscription : samedi 23 octobre 2004, 22:23
Localisation : Bretagne
Contact :

Re: Histoire et anecdotes dans les «Buck Danny»

Message par JYB » jeudi 09 mars 2017, 15:41

DahliaBleue a écrit :A la limite, c'est presque ce qui fait son charme (à la série) : c'est tout aussi intéressant de se laisser emporter par les intrigues que d'y déceler les anomalies, les erreurs, les invraisemblances et les incohérences.
Il y a une (énorme) distinction à faire parmi les incohérences : il y a celles qui ne tirent pas à conséquence, genre : petite étourderie, petit manque de connaissance, petite faute sur un point de détail. Et il y a celles qui sont suffisamment graves pour rendre une histoire improbable, impossible.

Une incohérence majeure qui devrait stopper une histoire là où elle en était : à la fin d'Opération Mercury, des méchants sabordent le gouvernail du porte-avions, qui se met soudainement à faire des ronds dans l'eau. Au début de l'album suivant, Les voleurs de satellites, qui est la suite immédiate (cela se déroule dans les quelques heures qui suivent), tout ça est oublié, et les avions qui étaient en l'air rejoignent leur PA et y appontent. Or, pour apponter, il faut que le PA aille en ligne droite.
Et le PA lui-même continue de naviguer comme si de rien n'était. Or, les dégâts sont tels (le PA fait des ronds dans l'eau, gouvernail bloqué) que non seulement les avions ne pourraient pas apponter mais, faute de carburant, tomberaient à la mer comme des mouches, ou iraient se poser à terre, si des aérodromes amis sont dans un rayon abordable (cf. ce qu'on a dit sur un autre topic au sujet des terrains de déroutement prévus pour les avions basés sur PA).
Quant au PA lui-même, il devrait aller directement, sous remorque parce qu'il n'y aurait pas d'autre moyen, vers un chantier de réparations navales où il resterait de longs mois... Et donc l'histoire devrait s'arrêter à la fin d'Opération Mercury, faute de combattants.

Lascaux
Messages : 3
Inscription : vendredi 08 mars 2019, 9:22

Re: Histoire et anecdotes dans les «Buck Danny»

Message par Lascaux » samedi 09 mars 2019, 20:21

En effet !
On lisait ceci dans la 38e planche d'Opération Mercury : « Sous la coque, les charnières des gouvernails, faussées, se sont bloquées net ! Et l'immense navire se met à virer sur lui-même en larges cercles concentriques, comme un vulgaire jouet de bazar. » Mais dans Les Voleurs de satellites, une seule mention est faite de ces dégâts récemment subis par le Forrestal. Elle figure dans la première case de la planche 10, qui nous fait assister, de l'extérieur du porte-avions, au dialogue de deux personnages (sans doute l'amiral et l'un de ses officiers) : « Nos avaries ne nous permettent plus de continuer utilement la poursuite ! – Depuis la mise hors service de nos gouvernails, nous évoluons aux moteurs… C'est trop risqué ! »
Charlier s'efforce de rassurer son lecteur en lui montrant qu'il n'a pas oublié un seul des fils de son intrigue, mais les informations fournies à deux moments différents ont du mal à concorder.

Avatar de l’utilisateur
DahliaBleue
Messages : 90
Inscription : vendredi 03 février 2017, 9:14

Re: Histoire et anecdotes dans les «Buck Danny»

Message par DahliaBleue » samedi 09 mars 2019, 22:26

Lascaux a écrit :
samedi 09 mars 2019, 20:21
[…]On lisait ceci dans la 38e planche d'Opération Mercury : « Sous la coque, les charnières des gouvernails, faussées, se sont bloquées net ! Et l'immense navire se met à virer sur lui-même en larges cercles concentriques, comme un vulgaire jouet de bazar. » Mais dans Les Voleurs de satellites, une seule mention est faite de ces dégâts récemment subis par le Forrestal. Elle figure dans la première case de la planche 10, qui nous fait assister, de l'extérieur du porte-avions, au dialogue de deux personnages (sans doute l'amiral et l'un de ses officiers) : « Nos avaries ne nous permettent plus de continuer utilement la poursuite ! – Depuis la mise hors service de nos gouvernails, nous évoluons aux moteurs… C'est trop risqué ! »
Charlier s'efforce de rassurer son lecteur en lui montrant qu'il n'a pas oublié un seul des fils de son intrigue, mais les informations fournies à deux moments différents ont du mal à concorder.
Bien vu, effectivement.
Toutefois un bâtiment dont les safrans de gouvernail (au nombre de trois sur le Forrestal) sont bloqués (à un angle différent de zéro) peut éventuellement être manœuvre à l'aide des machines (pas des "moteurs", terme inapproprié pour une propulsion à vapeur) en les 'différenciant' (par un nombre de tours/mn différent entre tribord et bâbord) ; par exemple 150trs/mn à tribord extérieur, 120 trs/mn à tribord intérieur, 30 trs/mn à bâbord intérieur et 20 trs/mn à bâbord extérieur.
Mais ça reste très précaire, inconfortable et peu souple. Mais pour ramasser une pontée, surtout en urgence, c'est envisageable, qui plus est en tenant compte du vent absolu (vrai).
ImageImageImage

JYB
Messages : 4214
Inscription : samedi 23 octobre 2004, 22:23
Localisation : Bretagne
Contact :

Re: Histoire et anecdotes dans les «Buck Danny»

Message par JYB » dimanche 10 mars 2019, 1:22

Tiens, une discussion qui repart pile deux ans après, jour pour jour...
DahliaBleue a écrit :
samedi 09 mars 2019, 22:26
Toutefois un bâtiment dont les safrans de gouvernail (au nombre de trois sur le Forrestal) sont bloqués (à un angle différent de zéro) peut éventuellement être manœuvre à l'aide des machines (pas des "moteurs", terme inapproprié pour une propulsion à vapeur) en les 'différenciant' (par un nombre de tours/mn différent entre tribord et bâbord) ; par exemple 150trs/mn à tribord extérieur, 120 trs/mn à tribord intérieur, 30 trs/mn à bâbord intérieur et 20 trs/mn à bâbord extérieur.
Mais ça reste très précaire, inconfortable et peu souple. Mais pour ramasser une pontée, surtout en urgence, c'est envisageable, qui plus est en tenant compte du vent absolu (vrai).
Hum... Comme dit Lascaux, il y a incohérence entre ce qu'on lit et voit à la fin du premier volet, où les dégâts sont graves et apparemment irrémédiables, et ce qu'on lit et voit au début du volet suivant, où les dégâts paraissent moins graves, et même à peine gênants...
Quant à ramasser une pontée en urgence, alors que le porte-avions fait littéralement des ronds dans l'eau, admettons (ce n'est qu'une BD), mais la première chose à faire après avoir sauvé les avions, c'est un long arrêt technique dans le premier port adapté, pour réparer le porte-avions. Il faudrait aller en cale sèche pour vérifier l'état de la coque suite à l'attaque de la fin de l'album précédent. A mon avis, aucun commandant normalement constitué ne laisserait son navire continuer de naviguer dans ces conditions.

Pire : planche 2 des Voleurs de satellite, devant le président Kennedy, un officier dit que des sous-marins inconnus ont immobilisé le porte-avions Forrestal. Alors, si le porte-avions est immobilisé...
Or, planche 3, on voit que le porte-avions va très bien, merci pour lui, avec un beau sillage rectiligne à grande vitesse pour accueillir des avions qui rentrent normalement et tranquillement.
Et dans la case d'après, que voit-on ? : pour tenter de retrouver son pote Sonny, Buck décide de partir (en se faisant catapulter du porte-avions) mais ce qui inquiète tout le monde, ce ne sont pas les dégâts au porte-avions qui pourraient empêcher un catapultage, c'est un brouillard épais qui arrive. Ceci est d'autant plus étrange que pour chercher des débris de quelque chose sur la mer, il faudrait la meilleure visibilité possible... Or, Buck décolle quand même, "malgré le brouillard qui noie à présent totalement la mer", dit le récitatif de l'image du catapultage... Image suivante : l'avion de Buck rase la crête des vagues (comme le précise un autre récitatif) ; ce n'est pas comme ça qu'il va retrouver Sonny ; dans ces conditions, Buck a une chance sur 3 milliards de l'apercevoir... D'autant que Buck ne cherche pas au bon endroit : dans la case d'après, un bateau, à plusieurs centaines de milles de là (dit encore un récitatif) trouve un débris d'aile... Donc, là où est allé Buck, il n'aurait rien trouvé.

Dans les planches qui suivent, tout le monde s'inquiète de ce brouillard qui va gêner les opérations et les missions de recherche, mais personne ne s'inquiète plus des dégâts au porte-avions. Planche 9 - donc, la planche qui précède celle signalée par Lascaux où le bord s'inquiète enfin des avaries du porte-avions - le pacha demande que tous les avions soient prêts à décoller (sic), ajoutant : "Le mieux serait que nous puissions rattraper et couler le sous-marin avant même qu'il ne pénètre dans les eaux territoriales étrangères". Je veux bien, encore faudrait-il que, pour rattraper ce sous-marin, le porte-avions dispose de toutes ses capacités. Or, il est paraît-il "immobilisé" (voir planche 2).

Comme le rappelait Lascaux un post plus haut, c'est à la planche 10 que quelqu'un (une autorité du porte-avions) dit : "Nos avaries ne nous permettent plus de continuer utilement la poursuite !" Faudrait savoir... Résumé : on dirait que c'est en écrivant le texte de la planche 10 que JM Charlier s'est soudain souvenu - ou qu'on lui a soudain rappelé - que le porte-avions est gravement endommagé...

Répondre