Histoire et anecdotes dans les «Buck Danny»

Forum sur les aventures de Buck Danny et de ses coéquipiers J. Tumbler et S. Tuckson
Buck Danny sur Aeroplanete
Avatar de l’utilisateur
DahliaBleue
Messages : 90
Inscription : vendredi 03 février 2017, 9:14

Re: Histoire et anecdotes dans les «Buck Danny»

Message par DahliaBleue » dimanche 10 mars 2019, 9:27

JYB a écrit :
dimanche 10 mars 2019, 1:22
Tiens, une discussion qui repart pile deux ans après, jour pour jour […]
Comme le rappelait Lascaux un post plus haut, c'est à la planche 10 que quelqu'un (une autorité du porte-avions) dit : "Nos avaries ne nous permettent plus de continuer utilement la poursuite !" Faudrait savoir... Résumé : on dirait que c'est en écrivant le texte de la planche 10 que JM Charlier s'est soudain souvenu - ou qu'on lui a soudain rappelé - que le porte-avions est gravement endommagé...
Entièrement d'accord avec ce décorticage !
Et ravie du retour de son auteur ! :D
Puisse-t-il (avec autant de bonheur) persister dans son entreprise. :pouce:
ImageImageImage

Lascaux
Messages : 3
Inscription : vendredi 08 mars 2019, 9:22

Re: Histoire et anecdotes dans les «Buck Danny»

Message par Lascaux » dimanche 10 mars 2019, 18:59

JYB a écrit :
dimanche 10 mars 2019, 1:22
Résumé : on dirait que c'est en écrivant le texte de la planche 10 que JM Charlier s'est soudain souvenu - ou qu'on lui a soudain rappelé - que le porte-avions est gravement endommagé...
JYB, vous avez trouvé la clé.

Deux ans après l'arrêt de la discussion (c'est un hasard si j'ai envoyé mon commentaire un 9 mars), je n'osais pas espérer que les intervenants auxquels mon message venait donner la réplique seraient encore là pour me lire. Merci à vous.

Oserai-je un avis très personnel sur les conséquences que cet oubli de Charlier a pu avoir sur la construction du scénario des Voleurs de satellites ? Rappelons que l'épisode dessiné par Hubinon, dans le journal Spirou, s'est enchaîné sans interruption au dénouement d'Opération Mercury. S'il avait traité sur quelques pages les effets concrets de l'avarie subie par le Forrestal, Charlier aurait pu abréger, voire nous épargner, les onze pages de conclusion qui, pour conduire à la capture des pirates, font se succéder des péripéties invraisemblables et répétitives (fastidieuse séquence située dans les flancs de l'hydravion, entre la planche 35 et la planche 45).

JYB
Messages : 4214
Inscription : samedi 23 octobre 2004, 22:23
Localisation : Bretagne
Contact :

Re: Histoire et anecdotes dans les «Buck Danny»

Message par JYB » dimanche 10 mars 2019, 22:00

Lascaux a écrit :
dimanche 10 mars 2019, 18:59
Oserai-je un avis très personnel sur les conséquences que cet oubli de Charlier a pu avoir sur la construction du scénario des Voleurs de satellites ? Rappelons que l'épisode dessiné par Hubinon, dans le journal Spirou, s'est enchaîné sans interruption au dénouement d'Opération Mercury. S'il avait traité sur quelques pages les effets concrets de l'avarie subie par le Forrestal, Charlier aurait pu abréger, voire nous épargner, les onze pages de conclusion qui, pour conduire à la capture des pirates, font se succéder des péripéties invraisemblables et répétitives (fastidieuse séquence située dans les flancs de l'hydravion, entre la planche 35 et la planche 45).
Je n'ai pas souvenir que la fin est invraisemblable, fastidieuse ou faite de péripéties répétitives. Ce sont des péripéties comme on en trouve dans toute bonne BD d'aventure. Je ne pense pas non plus que si Charlier avait tenu compte du fait que son porte-avions ne pouvait plus évoluer normalement (et aurait dû rentrer au port), le cours de l'histoire aurait été abrégé ; les avions se seraient déployés à terre et l'aventure aurait repris de plus belle. D'ailleurs, après la planche 10 où l'amiral dit que le porte-avions ne peut plus poursuivre le sous-marin, le scénario comprend un rebondissement avec les avions des héros qui effectuent leurs missions à partir d'une base à Puerto Rico, ce qui aurait dû arriver dès la fin du tome précédent s'ils s'étaient déroutés vers la terre, comme je l'ai préconisé dans mon précédent post (puisque le porte-avions est "H.S.").

Les deux seuls aspects qui, à mes yeux, font que les fans de Buck Danny ont pu être un peu déçus par la fin, c'est 1) le dessin moins solide car c'est Eddy Paape qui a encré et même dessiné semble-t-il entièrement plusieurs planches, et 2) les héros utilisent un avion de transport lourd (un hydravion quadrimoteur), or les lecteurs préfèrent de loin les avions de chasse.

Répondre